Hey, I found it!

I have a plan to save our economies and turn back the investments to down to earth wealth creation and this time with environmental preservation, once for all, for the sake of the next generations. It would cost nothing compared to all the billions stolen by the financial serious managers and acclaimed clever investors of the so called* “free market that will self regulates”…

Let’s nationalize The Economist!

wpid-The_Economist_Is_a_joke-2008-09-30-23-301.jpg

And as a light “go back to school and do your assignments” punishment for each editorial writer of The Econcomist of the last decade, have them to write an essay on: where has the money gone and why financial (unproductive) real economy diverting investments deserve more money then… say… the UN World Food Programme (or just simple SMBs support if that’s too painful for their pen) for example.

wpid-soudan_1-2008-09-30-23-301.jpg

Read on their leader:
“I want your money. No government bail-out of the banking system was ever going to be pretty. This one deserves support…”

This is so… how can I say, mmhh… Unexpected!

Damn, how can anyone take these guys for serious. Will they ever learn something?
And we, the “liberals/green/progressives” are the ones that are not serious?


* you know the saying: “privatize profits, share losses”, don’t you?

CQFD

wpid-cqfd-2-2007-02-20-15-57.jpg

À lire dans le dernier CQFD (précipitez-vous dans votre kiosque pour acheter un des rares journaux indépendants), un article comme toujours passionnant chez les erroristes, sur « les déserteurs du chagrin ».

Même si je suis loin de partager le parti pris de CQFD, je ne peux que soutenir les points de vue différents du discours ambiant sur la valeur travail telle qu’elle est promue en ce moment. Et pour cause :

« Le travail, c’est l’émancipation. Le chômage, c’est l’aliénation. »

Nicolas Sarkozy, sur TF1, 05/02/2007

wpid-arbeit-2007-02-20-15-57.jpg

Le travail rend libre ?

Mais quel travail  ?

Au vu de l’actualité à Guyancourt, ça devrait quand même faire réfléchir ceux qui bêlent en permanence les idées toutes faites, injectées avec force dans nos médias par les héritiers du CNPF. Eh oui, merci de ne pas oublier que le MEDEF n’est que le ravalement de façade d’une institution qui a représenté sans état d’âme la valeur travail durant des heures moins glorieuses de la France d’avant (et qui sera de nouveau aussi celle « d’après » selon Nicolas Sarkozy).

Difficile de ne pas penser à la nationalisation des usines Renault et la confiscation des biens de Louis Renault, le 16 janvier 1945…

éclectik dimanche : Audrey Pulvar

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 26 avril 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090426-ECLEC-DIM-pod.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Audrey Pulvar
Audrey Pulvar, 1ère présentatrice noire à présenter les journaux sur LCI, la 1ère du Soir 3, la 1ère du 19/20….
La 1ère aussi à ne pas toujours en rire. Pas dupe de ce marché de dupe.
Pas dupe d’être une caution médiatique qui cache la forêt des vrais invisibles moins télégéniques.
Parce que y’a pas que la télé dans la vie, ce jour-là, pas de JT. C’était RTT, c’était ciné : 2 toiles sinon rien avec Audrey Pulvar dans le rôle de la maman.
Une maman multi-tâches qui sait caler une interview durant la pause pop-corn.
Sa fille d’une dizaine d’années avait prévu son cahier de leçon pour patienter.
Nous avions rendez-vous dans un cinéma près de la bibliothèque François Mitterrand.
Détail qui n’échappera pas à ceux qui lui ont reproché de jouer la porte voix des gauchistes syndicalistes de France 3. Gauchistes syndicalistes, quel vilain mot. Ajouter à cela : femme, connue, compétente, jolie et noire : ça peut défriser.
On a même fait d’ Audrey Pulvar, la journaliste qui fait bafouiller Sarkozy.
Bigre ! ça fait beaucoup pour une seule femme.
De la Martinique à la défense de l’audiovisuel public,
De Fort de France à l’esplanade Henri de France, c’est le portrait d’Audrey Pulvar dans Eclectik.

Programmation musicale
> Gil Scott-Heron : The Bottle
> Gonzales/Guesh patti : Dans tes yeux
> Alexis HK : Les Affranchis

éclectik dimanche : Jackie Berroyer

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 15 mars 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090315-ECLEC-DIM-pod.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Jackie Berroyer
Je l’imaginais bordélique, il m’a reçu dans son appartement trop bien rangé pour être honnête. Comme si la femme de ménage était passée par là.
D’un côté, la pièce à musique, un piano droit, des albums de Cab Calloway, une trompette, une guitare dont il sait jouer (un peu).
Juste à côté, la pièce à livres avec ses chers philosophes dont il abuse un peu, beaucoup.
Dans la bibliothèque, planqués sur la gauche, ses livres à lui, dont les titres ne sont que de lui : « Je suis décevant », » Ma vie de jolie fille » ou encore « La femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse ! ».
Et enfin la pièce pour faire l’amour, comme il dit, avec ce faux air de ne pas y toucher !
Jackie Berroyer, c’est le portrait d’Eclectik ce matin.

Programmation musicale
> Dominique A : Hasta
> Ray Lamontagne : You are the best Thing
> Melanie : Look what they’ve done to my song

éclectik dimanche : Augustin Legrand

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 14 juin 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090614-ECLEC-DIM-pod.mp3]
Émission manquante.

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Il m’a donné rendez-vous dans un bistrot de quartier où les tauliers sont chinois, et les clients fauchés.
Il est arrivé à vélo malgré la pluie battante.
République, le canal St Martin, c’est son QG, sa bataille.
Augustin le très très grand, 2 mètres et des poussières, un gaillard monté sur ressort qui a fait du mal logement, le combat de sa vie.
Comédien au chomage, cafetier la nuit et “Enfant de Don Quichotte” à plein temps. Avec pour arme de guerre : les tentes solidaires et contestataires.
Entre deux clopes et un diabolo menthe, l’ex intermittent du spectacle qui ne touche plus d’assedic parle avec fougue de tous ceux que l’on a rangé dans les marges.
Et tant pis, si certains lui reprochent de jouer l’acteur bobo qu’il n’est pas, au milieu des SDF.
Quand on croise le regard d’Augustin, on sent qu’il dit vrai.
Un Don quichotte sur le canal Saint Martin, Augustin Legrand c’est le portrait d’éclectik ce matin.
photo : Photo : Augustin Legrand, porte-parole des Enfants de Don Quichotte au campement des Tuileries à Paris le 15 mai 2009 (Gilles Vidal).

485035141.jpg

Programmation musicale
> Mickey 3D : Yalil
> Cornershop : Brimful of asha
> Ben Harper : Fly one time
> Sammy Decoster : L’homme que je ne suis pas

Lien(s)
Les Enfants de Don Quichotte

éclectik dimanche : Daniel Maximin

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 12 avril 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090412-ECLEC-DIM-pod.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Daniel Maximin
Nous avions rendez-vous à la terrasse du Café de la Musique, juste en face de la fontaine aux lions de la Villette.
La Grande Halle était en plein chantier de l’ exposition « Kreyol Factory ».
Quand les artistes interrogent l’identité créole, c’est le nom de la fabrique.
La créolitude, c’est son rayon.
Daniel Maximin, poète, essayiste, musicien, guadeloupéen et bavard délicieux.
Un mot emboite le pas de l’autre, pas le temps de dire « ouf », ras le bol des temps perdus, envie de tout dire, de tout poétiser : les volcans de sa Guadeloupe, le « vivre libre ou mourir » des esclaves de la Souffrière, la langue créole de la résistance, du fouet et de son enfance.
Avec Daniel Maximin, on voyage au pays d’Aimé Césaire, d’une guadeloupe en forme de papillon.
Bien avant LKP, l’écrivain a pris le parti de la géopoétique contre celui de la profitation. Et de la victimisation.
Cet après-midi là, il y avait un petit vent frais et des parisiens, à la sortie du bureau, sur les terrasses en mal de soleil, prenant leur dose sur leur pause déjeuner.
Les lions de la fontaine nous mataient.
Ce qui n’a pas échappé à Daniel Maximin, un vrai myope qui voit de très loin.
Et comme la poésie n’est pas une marchandise, nous avons rêvé à un nouveau monde où les poètes seraient présidents.
Avec des boussoles qui indiqueraient le sud à la place du nord.
en marge…
Eclectik a aimé “Le pays à l’envers
un documentaire de Sylvaine Dampierre
en salles à partir du 29 avril
synopsis:
De retour dans l’île que son père a quitté 50 ans plus tôt, la cinéaste remonte le cours du temps pour retracer l’histoire de son nom. Au fil de ce voyage initiatique sur les terres d’enfance de son père, son enquête nous transporte jusqu’à l’époque de l’esclavage. Aux archives, dans les jardins créoles ou les ruines des usines à sucre, se croisent les chemins d’une mémoire vivante, se dessine la vision d’un pays où les récits,les corps, les musiques, parlent avec force d’une histoire qui résonne encore

Programmation musicale
> Jenny Alpha : Asé kozé
> Roberta Flack : Killing me softly with this song
> Sanseverino : La maison sur le port
> Malavoy : Caresses et moins

Livres
Daniel Maximin
L’Invention des Désirades et autres poèmes
éditeur : Points Seuil
Daniel Maximin
Les fruits du cyclone, une géopétique de la Caraïbe
éditeur : Seuil

Lien(s)
L’exposition Kreyol Factory à la Grande Halle de la Villette

éclectik dimanche : Juliette Gréco

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 21 juin 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090621-ECLEC-pod.mp3]
Émission manquante.

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Juliette Gréco
485035546.jpg

Nous avions rendez-vous dans sa chambre d’un grand hotel parisien avec vue sur la place des Pyramides et le canasson de Jeanne D’arc.
La pucelle, ce n’est pas son genre d’héroïne.
Juliette Gréco préfère les combattantes d’aujourd’hui. Les femmes debout qui disent non à l’ordre établi par un politique, un papa ou un mari.
« Je suis née infernale » répète Juliette avec cet air de gamine sauvage.
Juliette Gréco, c’est un couple à elle toute seule.
Il y a Juliette la muse et Gréco, le mec.
Alors parfois, ça rue dans les brancards, ça s’engueule mais ça finit toujours par se rabibocher… sur le papier.
« Je suis un animal sauvage impropre au dressage », répète le mec Gréco avec les longs cils de Juliette.
Comme si l’insolence et la résistance étaient la meilleure cure de jouvence.
Pour mon dernier Eclectik, c’est le portrait de Juliette la femme qu’on aimerait être et de Gréco, le mec qu’on aimerait rencontrer.

Programmation musicale
> Juliette Gréco : Je me souviens de tout
(Polydor)
> Juliette Gréco : Je n’ai jamais été
(Polydor)
> Abd Al Malik : Gilles écoute un disque de rap et fond en larmes
album : Dante
(Polydor)

éclectik dimanche : Bernard Lavilliers

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 3 mai 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090503-ECLEC-DIM-pod.mp3]
Émission manquante.

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
Bernard Lavilliers
Rendez-vous dans un café de la rue Oberkampf… Place aux souvenirs, aux mots d’ordre qui bousculent les consciences.
Entre Bernard Lavilliers et Léo Ferré, une histoire d’amitié, d’amour, de grands tendres qui échappe au temps et se poursuit au-delà des années d’absence…
Baroudeurs, poètes indomptables, entre mélancolie et anarchie, Bernard raconte Léo, fouille dans sa mémoire, interroge sa conscience et continue le combat aux côtés des sans voix qui ne désespèrent pas de se faire entendre…

Programmation musicale
> Léo Ferré : Les anarchistes
> Léo Ferré : Richard
> Bernard Lavilliers : Les mains d’or
> Bernard Lavilliers : Bernard Lavilliers chante Léo Ferré : Merde à Vauban et Le chien

éclectik samedi : Chroniqueurs…

ECLEC_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le samedi 3 janvier 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090103-ECLEC-pod.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

« EclectiK » le samedi, c’est un regard sur l’actualité de la semaine.
Un magazine qui s’attache aux mots avec la digression littéraire de Charles Dantzig. Une digression à partir d’une phrase, d’un discours politique, d’un slogan ou d’une réplique de film entendu dans la semaine. Un magazine qui s’attache aux sons avec le journal de bord de Thomas Chauvineau, qui donne à entendre ce qu’on coupe au montage habituellement. EclectiK, c’est aussi « la revue de presse du pire » de Guillaume Erner, les alexandrins d’Alex Taylor et la carte blanche d’Akram Belkaïd ou de Joy Sorman.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Laurence Garcia est aux manettes d’Eclectik durant le congé maternité de Rebecca Manzoni.
Rebecca à qui nous pensons tout particulièrement en cette première émission de l’année.
2009 bises pour l’an neuf!

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Pascale Pascariello a tendu son micro aux enseignants désobéisseurs qui refusent d’appliquer les réformes engagées dans l’Education nationale. La résistance s’organise et se développe via les blogs…

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Guillaume vous propose dans sa RDP de libérer votre corps et votre esprit des toxines accumulées pendant l’année 2008.

Le reportage d’Antoine Ly
en l’absence d’Antoine Ly, Anne Riou s’est rendue au chevet de nos députés, afin de s’assurer qu’ils n’avaient pas trop souffert de la crise.

Carte blanche
deux cartes blanches en cette 1ère émission de l’an 2009
Bonne année 1430! Grace à Akram, vous saurez tout sur le calendrier hégirien encore largement répandu dans le monde arabo-musulman.
Quels sont les mots les plus recherchés sur google?
Edouardo Olivares nous livrera le palmares 2008

Programmation musicale
Santogold : Say aha
William Sheller : Rock’n dollar

éclectik dimanche : Matthieu Chédid

eclectic_2009.jpg

© Photos Pierre Maurer & RF/Christophe Abramowitz

Émission diffusée sur France Inter le dimanche 6 septembre 2009.

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2009/20090906-ECLEC-DIM-pod.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Yann Chouquet ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc et de Marie Jaros de l’Ina. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

INVITE
– M – Mister Mystère – Matthieu Chédid

Ouvrir cette première conversation d’EclectiK avec un cri de bête.
Le cri de M, qui vous cueille dès le début de son nouveau disque Mister Mystère.
La sortie du disque est prévue pour demain et me revient en mémoire un concert de l’an 98 sur le campus universitaire de Toulouse.
Un gars déboule sur scène avec une redingote, une guitare et deux gros épis au dessus des oreilles. Il dit un bonsoir d’une voix timide et fluette.
Le genre de voix à laquelle on ne s’attend pas dans ce qu’on appelle un festival rock : une bière à la main, les pieds dans la boue et un spectateur « roule Marcel ! ».
Et puis le concert commence. Et puis le public danse. Et puis le gars sur scène a l’air multiple avec sa guitare et son kazou et puis et puis et puis…Un jour M a rempli Bercy.
Aujourd’hui, Mathieu Chédid continue de décliner son personnage de – M – avec ce disque Mister Mystère. Et l’on se dit à l’écoute que – M – est une figure inédite de la pop musique française. Une figure en mouvement.
J’ai retrouvé – M – chez lui, un matin. L’œil encore mi – clos et le cheveu pas encore sec.
Un drôle de bruit m’accueille à peine la porte ouverte.
Plaisir d’offrir, joie de recevoir. Bienvenue dans EclectiK.

Programmation musicale
> – M – : Mister Mystère
> – M – : Est-ce que c’est çà?
> – M – : Le Roi des ombres
> – M – : Tanagra
> Ali Farka Touré : Gomni

Lien(s)
Tout sur Mister Mystère