faconde présidentielle

Chaque fois qu’il est pris en défaut, Emmanuel Macron monte au créneau en faisant de la provocation :

Sur l’affaire Alexandre Benalla : “Qu’ils viennent me chercher !”
Sur la gestion de la crise sanitaire : “… toutes celles et ceux qui avaient prévu tous les éléments de la crise une fois qu’elle a eu lieu !”.
Aujourd’hui sur l’affaire McKinsey : “Que quiconque a la preuve qu’il y a une manipulation mette le contrat en cause au pénal” !

Allons “les enfants“, les gueux, les grincheux et les jaloux, il n’y a rien à voir !

Sur la gestion de la crise, je vous invite d’ailleurs à prendre le temps de lire mon -long mais détaillé- article, car il est symptomatique de la grave crise d’État que cela révèle.

Chaque fois que la “startup nation” fait naufrage avant d’avoir appareillé, on retrouve la faconde de l’adolescent pris la main dans le sac et qui au lieu de la fermer et de s’excuser se lance dans des propos agressifs et méprisants, du haut de son statut, qui le rend intouchable et il le sait bien…

Rappel :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.