Haaaa !

Joie.

Je suis enfin parvenu à comprendre comment fonctionne le client FTP de MacJournal, je vais donc pouvoir joyeusement « poster » des images et des extraits de toutes sortes dans mes « articles ». Je vais enfin pouvoir recoller tous mes morceaux :)

Tiens, pour la peine, une petite gâterie, c’est la saison de la neige artificielle « par chez nous » :

wpid-env_neigechim-2006-05-8-23-53.jpg

C’est beau le progrès !

Ils ne mourraient pas tous…

wpid-film_frap-2006-05-3-14-09.jpg

Je tenais absolument à voir ce documentaire. J’ai donc profité du fait de devoir me rendre à Valence pour aller le voir. C’était l’avant-première, au cinéma « Le Navire ».

Après le film, durant le débat, j’ai voulu prendre la parole et m’exprimer sur de nombreux points.

Je voulais, en prenant comme point de départ ma réaction à un propos d’un des présentateurs, rebondir sur une vision manichéenne du travail dans l’entreprise, selon laquelle les « patrons » ne sont que les kapos serviles d’un système politico-financier, tout juste bon à asservir et exploiter sans vergogne des employés soumis…

Certes, ce n’est pas du tout le propos de ce film, qui est bien de témoigner de ce que des hommes et des femmes subissent quotidiennement dans leur travail, en abordant la détérioration des conditions de travail notamment ces dernières années. Et c’est… frappant.

Mais quand on parle de la souffrance d’employés, on en vient forcément à parler des employeurs…

On ne peut pas tous ensemble lutter contre ce qui fait que des humains subissent de telles pressions si on ne prend pas du recul pour regarder la société dans son ensemble. On réagit avec les tripes, mais concrètement, il faut agir au quotidien… D’autant que la pression augmente constamment, sur tous les travailleurs, quels que soient leurs statuts.

Il y a trois aspects dont on parle très peu dans ce genre de débat et qui méritent, il me semble, d’être développés :

– Le premier est que le monde de la petite entreprise (TPE, artisans, commerçants, professions libérales) n’est pas le « monde de l’entreprise » au sens où l’entend le MEDEF. Contrairement à l’idée véhiculée par les médias dominants, le MEDEF ne représente pas le patronat français, mais une certaine partie de celui-ci. Le patron du MEDEF n’est certainement pas le « patron des patrons ».

Et la majorité des « petits patrons » de France ne se sent pas représentée par les discours « ultra-néo-libéraux » d’une organisation qui dicte au gouvernement les orientations qu’il doit prendre et qui se font toujours en faveur des grosses entreprises, par exemple dans les dispositifs régissant la sous-traitance (d’ailleurs, pour être sûr de son fait, le MEDEF porte son action au niveau Européen, et là, c’est silence total des médias). Si ces petits patrons ne se sentent pas représentés par le MEDEF, c’est que justement, nombre d’entre eux savent ce que c’est d’être précaire…

De plus, chez les « petits patrons », il y a aussi des gens « de gauche », sans aucun doute une petite minorité, mais qui ont une vision partagée de la « richesse » éventuellement produite par le travail, non par condescendance ou bienveillance paternelle, mais par profonde conviction (d’ailleurs, je voudrais bien qu’on se regroupe, mais bon, c’est un autre sujet).

Les petits patrons ne sont pas tous des instruments reproducteurs d’une classe dominante bourgeoise, ou qui souhaitent accéder à ce statut. Il y a parmi eux des gens qui croient profondément aux valeurs républicaines, et qui n’ont pas peur de dire que l’impôt est utile, de défendre la péréquation, la justice sociale, la proximité, l’écologie (énergies, cycles cours, développement durable, etc.), voire la décroissance économique (par rapport au discours économique dominant), et qui voient dans leur entreprise un instrument pour essayer de faire les choses autrement, en toute indépendance.

Ceux-là sont d’autant plus « fragiles » et sensibles, car ils doivent redoubler d’efforts à la fois pour ne pas mettre « leurs » éventuels employés dans des situations difficiles (voir le point suivant), tout en subissant la méfiance des syndicats et l’hostilité de l’administration publique qui les traite de fait comme toutes les entreprises, c’est-à-dire comme des suspects : de malversation, de détournement, de fraude, d’exploitation, etc.

La médiocrité et la mauvaise foi sont partout, aucune organisation n’échappe à ces défauts, je regrette pour ma part que ceux qui sont en charge de réguler, de manière désintéressée, les activités de la société française conservent en leurs rangs des gens particulièrement néfastes à tout le monde, mais c’est un autre propos.

Depuis les années soixante-dix, il y a une offensive idéologique qui tend à opposer et à faire se haïr deux parties de la société, pourtant dans le même bateau (national, mais aussi européen et mondial) : les indépendants, artisans et petits patrons d’un côté, et la fonction publique de l’autre.

Le regard méfiant des syndicalistes quand on déclare être un « patron » dans une réunion d’un collectif (pour la défense des services publics par exemple) ou le ton résolument hostile de la part de certains fonctionnaires de l’administration fiscale, d’une part ; et le mépris et la défiance vis-à-vis de l’administration publique ou de l’éducation nationale, de la part des petits patrons, des artisans et des professions libérales, d’autre part, sont de modestes exemples qui montrent à quel point cette offensive néolibérale de manipulation des esprits est en passe de réussir.

On ne compte plus les brûlots poujadistes et les propos haineux… Parfois même de la part de nos propres gouvernants, ce qui est bien une des preuves les plus accablantes de la façon honteuse dont ces derniers font de la politique.

– Le second point est dans la continuité du premier : les petits patrons et les indépendants récoltent notamment les miettes de la sous-traitance appelée pompeusement « outsourcing » dans les milieux dématérialisés (mais bon, cela existe dans toutes les branches de l’industrie, des T.P., etc.), et la plupart d’entre eux n’ont que le droit de proposer leurs services, sachant que quand ils reculent devant un travail (notamment parce que ça les obligerait à mettre leurs salariés dans des conditions inacceptables), il y a peu de chance qu’ils en trouvent d’autre.

Le système de précarisation des travailleurs que met en place la droite dite « libérale », de l’OMC à la Commission Européenne, dans le domaine du droit du travail, s’il n’est qu’un des derniers points avant la totale annihilation des systèmes légaux de protection des peuples, est à l’image de la position qu’occupe et que vit actuellement au quotidien un « petit patron » d’ici, qu’il soit parfaitement honnête et respectueux de ses salariés ou qu’il soit un margoulin fraudeur.

Ce n’est pas une légende qu’un « patron » ne peut pas dormir la nuit, soit surmené, a des palpitations, des ulcères, des attaques, etc. et encore une fois, a fortiori s’il est parfaitement honnête et respectueux de ses salariés, de la législation, etc. Le système, notamment fiscal, tel qu’il fonctionne partant du postulat que le patron est par définition un fraudeur, même si c’est hélas vrai pour pas mal, met une pression hallucinante sur celui qui essaye de faire les choses correctement. Et même celui-là, de toute façon, commet des erreurs qui pourront tôt ou tard le rattraper. « Celui qui ne se trompe jamais… »

Mais surtout, surtout, tel qu’il est le système ne permet aucune « défaillance » dans le flux de travail :

Dès lors que vous vous déclarez, vos charges courent. Forfait, réel, etc. Elles courent. Point

Hauts ou bas, retards de paiement ou pas (j’en suis à 110 jours à l’heure où j’écris ces lignes), travail ou pas (!) les charges courent. Si vous avez des salariés, que vous voulez leur payer un salaire honnête et à toutes les fins de mois, vous avez intérêt à ne pas avoir de retards de paiement, à avoir des réserves, et surtout, à toujours avoir du travail qui entre dans le tuyau. Dis comme ça, ça coule tout seul, mais dans la pratique…

Sachant que le sous-traitant peut difficilement avoir une vision au-delà de quelques mois (ce qui est déjà merveilleux), il ne faut pas se faire d’illusion, sa vie est en très haute tension, constamment, et pour lui, c’est nuit et jour, 365 jours par an, et ce quel que soit son état de santé, sa situation familiale, etc.

Le sous-traitant ne peut pas « la ramener », parce que s’il se tourne vers celui qui lui commande des travaux en disant que ce n’est pas possible, il y a de fortes chances que ce dernier prenne un autre sous-traitant. Le sous-traitant peut difficilement compter sur la patience de son banquier.

Même les entreprises publiques sont depuis de nombreuses années des championnes dans ce jeu de pression (il y a d’ailleurs là aussi une des sources de rancoeur vis-à-vis des fonctionnaires, qui constitue un abcès qu’il faudrait un jour percer).

Bon, j’ai bien là conscience que ce n’est pas la majorité, mais quelle que soit la proportion, elle n’est pas à négliger.

Le petit patron en question donc travaille, et le seul moyen pour lui de tirer son épingle du jeu de manière réellement honnête, c’est d’accepter de grosses responsabilités, c’est de travailler comme un fou (en faisant le tampon des surcharges de travail), de faire un travail de très haute qualité (pour essayer d’avoir quelques leviers de négociation avec le donneur d’ordre), et de se contenter de peu.

Et c’est là l’idée centrale de mon propos : c’est un choix que RIEN dans la société actuelle n’incite à faire !

– C’est là que vient le troisième point donc : Il faut qu’un commanditaire ou un donneur d’ordre veuille un travail de qualité, il faut accepter de gagner moins, de consommer moins. La « société de consommation » est un des moyens les plus puissants pour rendre les populations esclaves d’elles-mêmes au profit des classes dominantes qui dominent et dirigent les marchés de la production et de la distribution.

C’est notamment par le choix des produits que nous consommons que nous donnons du poids à telle ou telle forme de production, travail, de commerce et de financement.

Ce qui signifie quoi ?

Qu’il n’y a pas de fatalité…

Cela signifie par exemple qu’il faut acheter un produit de qualité, plutôt que dix médiocres, auprès de fournisseurs honnêtes. Cela signifie privilégier les produits de proximité, les filières courtes, consommer moins, mais mieux, ne pas se payer des « vacances* moins chères » à l’autre bout du monde en s’asseyant sur l’équité, mais du temps convivial chez des gens proches… Bref, ça demande un effort constant, quotidien, qui va de l’endroit où l’on se fournit à la lecture des étiquettes, de la composition, etc.

Nous sommes tous donneurs d’ordres au système ! Si demain la consommation d’un produit ou d’une marque baisse de manière significative pour des raisons éthiques, soit le produit sera retiré, soit le fabricant et le distributeur plieront sous la pression.

La consommation n’est pas le seul moyen de renverser la tendance : l’enfance (des crèches publiques) l’éducation (le système public) et le temps consacré à ses propres enfants, le dialogue, la rencontre avec l’autre, le refus des inhumanités (pour nous comme pour les autres, ici et ailleurs) doivent prendre une forme active dans la société, avant de prendre forme dans l’urne !

Lors des élections législatives de 2002, il suffisait de se rendre en masse aux urnes pour choisir des représentants… Où était le « peuple de gauche » quand il fallait faire ce choix crucial ?

Enfin, les médias dominants se sont prostitués et abreuvent quotidiennement, minute par minute, les cerveaux des enfants encore dans le ventre de la mère, pour leur dire : consommez plus, moins cher, ne réfléchissez pas, l’école ne sert à rien, les fonctionnaires sont des sangsues, vous n’avez pas le choix, nous pouvons gagner la bataille de la mondialisation, achetez des actions, gagnez au loto, méprisez l’effort intellectuel, regardez le football à la télévision…

Bref, je voulais dire tout ça et tellement plus encore…

J’étais très impressionné, d’autant que je comprenais bien qu’il y avait là des personnes occupant des postes clés au niveau de l’inspection du travail, des prud’hommes, mais aussi des « petites gens », des syndicalistes, des chômeurs…

C’est normalement dans ce genre de situations que doivent avoir lieu les vrais débats, notamment ceux qui doivent aller au-delà des idées reçues, pour pouvoir échanger et diffuser des idées constructives, nouer des liens entre-nous, que la pensée dominante essaye de diviser entre public/privé, patron/employé, pseudo réformateur/immobiliste, etc. C’est là que l’on peut se rencontrer, bâtir des projets et se regrouper pour lutter contre cette « marchandisation » de tout et de tous au profit de quelques privilégiés…

Je regrette de ne pas m’être mieux exprimé. J’ai bafouillé des trucs avec MEDEF, syndicats, inspecteur de travail, Gérard Filoche etc. j’ai perdu mon souffle comme happé par un vide, perdu le fil de ma pensée… Je ne suis pas toujours aussi nul en public, mais je voulais vraiment interpeller le public sur ces points…

Ce n’est pas grave. Je passe sans doute pour un énervé, voire un frustré. Je suis en tout cas convaincu qu’il y a une véritable urgence, car il est certain qu’avec la façon dont notre pays évolue, les personnes qui sont montrées dans ce film vont rapidement mourir, au sens propre du terme.

Enfin, je voulais insister sur le fait qu’il est sans doute urgent, non pas seulement de s’intéresser aux problèmes, mais d’agir, car la « représentation nationale » que nous avons aujourd’hui est le produit de notre coupable négligence et de la confiscation du débat politique par des partis comme le P.S. ou son pendant l’U.M.P. orchestré par des médias serviles. On a aussi le système que l’on mérite. Je voudrais bien, pour ma part, que le réalisme de gauche ne bascule pas soit du côté « blairisme » soit du côté « guerre patronat syndicat »… Il y beaucoup de solutions justes et efficaces pour recadrer et développer l’entreprise dans un monde social et réellement égalitaire et « à gauche », et ça passe par des moyens simples que je n’entends nulle part. Pourquoi ?

À la fin, en disant cela, j’ai eu à subir le regard méprisant et la petite pique cynique de celui qui, apparemment, était le gérant de la salle, quand j’ai fait remarquer qu’il était normal que l’on se méfie de partis traditionnels comme le P.S. dominant à gauche quand, à l’exemple de Montpellier, pendant de très longues années, les gens de gauche n’avaient eu droit qu’à Georges Frêche comme candidat incontournable.

Bon, ceci dit, il faut absolument aller le voir :

« Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés », de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil.

* Bon je n’en prends pas, mais ce n’est pas pour autant que je considère que les autres ne doivent pas en avoir le plus possible.