Le Pays des Hommes Intègres

Parce qu’à l’heure où j’écris ces lignes, le Burkina Faso traverse de nouveau des heures troubles, je ne peux que vous inviter à vous pencher sur l’histoire de ce pays.

Triste événement qui m’offre l’occasion de remettre ici mes docs en cours de tri. Je vous invite donc à écouter et regarder des émissions sur le Burkina Faso et la françafrique, c’est la seule chose que je puisse faire…

wpid-burkina-mitterand-2015-09-16-22-391.png

Documentaire vidéos :

Thomas Sankara, l’homme intègre

De : Robin Shuffield – 2006

http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/Doc-Burkina-ThomasSankara-LHommeIntegre.m4v&arve

——

Emissions Radio :

L’Afrique enchantée (France Inter)
Soro Solo & Co

wpid-AFREN-2015-09-16-22-39.png

– Se souvenir de Sankara 55:32
Émission du 12/10/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20141012-SeSouvenirDeSankara.mp3″]

– Nicolas Sarkozy l’Africain 55:57
Émission du 13/05/12
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20120513-NicolasSarkozyLAfricain.mp3″]

Rendez-vous avec X (France Inter)
Patrick Pesnot

wpid-RVX-2015-09-16-22-39.png

– Burkina Faso : Thomas Sankara
Émission du 23/02/2001
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20010223-BurkinaFassoThomasSankara.mp3″]

– Burkina Faso : Blaise Compaoré, l’ex-putschiste détrôné 37:37
Émission du 29/11/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20141129-BurkinaFasoBlaiseCompaoreExPutschiste.mp3″]

Culture Monde (France Culture)
Florian Delorme

wpid-CMONDE-2015-09-16-22-39.png

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (1/4) – Retour sur une insurrection populaire exemplaire 52:49
Émission du 02.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-15-Retour sur une insurrection populaire exemplaire.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (2/5) – Une transition politique sous tension 52:53
Émission du 03.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-25-Une transition politique sous tension.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (3/5) – La jeunesse et le culte de Thomas Sankara 53:13
Émission du 04.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-35-La jeunesse et le culte de Thomas Sankara.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (4/5) – Les chemins du développement 52:04
Émission du 05.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-45-Les chemins du développement.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (5/5) – Le Burkina face au terrorisme 53:46
Émission du 06.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-55-Le Burkina face au terrorisme.mp3″]

Et aussi :

Les Enjeux Internationaux (France Culture) – Burkina-Faso. Les premières leçons politiques et régionales de la chute du président Compaoré 12:07

Émission du 24/11/14

éclectik « embedded »…

éclectik est une des rares émissions radio, avec L’Afrique Enchantée et Des Sous et Des Hommes*, qui me donnent envie de me poser et de l’écouter tranquillement, parfaitement — pas béatement toutefois…

Comme son nom l’indique, elle est éclectique, et nous amène parfois à la rencontre de personnages auxquels on ne s’intéresserait pas forcément de soi-même, ou qui nous permette de rencontrer ceux auxquels on s’intéresse déjà… Plus encore, elle sait allier un temps posé de l’interview, du dialogue, de l’écoute et de l’expression, presque intime, mais jamais déplacé, avec le temps de l’actualité, avec des regards parfois incisifs, des digressions… Je l’ai toujours enregistrée pour pouvoir, même des mois après, me poser et l’écouter tranquillement, ou l’écouter et l’écouter encore sur la route.

éclectik, c’est ma gourmandise en somme. Chacun la sienne.

C’est étrange, en regardant le portrait d’Emmanuelle hier soir sur Arte, dans l’émission Métropolis, dont une partie a été tournée à la maison, ça m’a fait un drôle d’effet de voir mes photos intégrées dans le document, et ce n’était pas d’avoir vu mes photos « à la télé » qui m’a fait cet effet-là, pas du tout, j’ai même détesté le fait d’être filmé en train de préparer le déjeuner pour l’équipe de tournage et Emmanuelle ; non, c’était d’entendre la voix de Rebecca Manzoni parler et de voir ces photos, parce que certaines d’entre elles sont véritablement, affectivement, imprégnées d’éclectik, avec sa voix, justement.

wpid-EMBEDDED_ECLEC_2-2009-10-11-10-20.jpg

Par exemple, j’amenais Lola, puis Paul, le matin à l’école, en traversant le plateau dans la burle, le soleil, la pluie, le vent, la brume ou tous ces éléments à la fois, tout en écoutant éclectik. J’ai fait certaines photos, j’ai tourné certaines séquences, avec en « fond sonore » éclectik qui me donnait du recul par rapport à la situation, et la situation qui me donnait du recul par rapport à l’émission, un aller-retour intérieur très émouvant, très riche. Entendre les chroniqueurs africains parler des pays de mon enfance révélait en moi la blessure de l’absence, du manque de l’Afrique, et donnait encore davantage de relief au décalage entre mon désir d’Afrique et ma présence physique dans un environnement si différent.

wpid-EMBEDDED_ECLEC_1-2009-10-11-10-20.jpg

Souvent le matin, la beauté du paysage, la rigueur des éléments se nourrissaient de la voix de Rebecca qui en retour, se posant de manière parfois si décalée sur mon environnement, devenait encore plus prégnante, plus enveloppante. Et là, le mot qui va bien, c’est « justement »…

wpid-EMBEDDED_ECLEC_3-2009-10-11-10-20.jpg

Bref. Quand, à la fin de l’interview de Vincent Lindon, ce dernier dit « ça m’a fait très plaisir », et que Rebecca Manzoni lui répond « moi aussi », on a spontanément envie d’ajouter « moi aussi ».

Les Chroniqueurs africains me manquent énormément, mais bon…

Comme je l’ai écrit dans la note précédente, j’ai profité de l’agression récente contre le site pour mettre à jour le contenu, j’ai donc mis à jour les pages de mes archives audio, avec la plupart des émissions d’éclectik dont je dispose (il reste du travail sur la saison 2008/2009).

* Maintenant remplacée par J’ai dû louper un épisode.

[edit: 09/2015]

Esprit critique ?

Jeudi 23 avril, Guillaume Erner * hagiographe d’Arielle Dombasle, elle-même interrogeant Alain Finkielkraut, Bernadette Chirac… C’est à se demander si Philippe Val n’a pas pris les rênes d’Inter !

Plus sérieusement, le degré zéro d’autocritique d’Arielle Dombasle dans son album et dans la justification qui l’accompagne rejoint celui de son compagnon dans l’hagiographie qui lui a été consacré : « La Déraison dans l’Histoire », documentaire absolument hallucinant consacré à Bernard-Henri Levy commis par Eric Dahan. À regarder sans retenue jusqu’à l’écœurement.


© FRANCE 5, INTENSER Continuer la lecture

Révisionnisme

Extrait du Petit Robert :

révisionnisme [YevizjCnism] n. m.

• 1907; de révision, d’apr. le russe

Position idéologique préconisant la révision d’une doctrine politique dogmatiquement fixée. Voir : réformisme. Le révisionnisme poststalinien, dans les partis communistes.

(v. 1985) Position idéologique tendant à minimiser le génocide des Juifs par les nazis, notamment en niant l’existence des chambres à gaz dans les camps d’extermination. Voir : négationnisme.

Dans l’émission « J’ai mes sources » du lundi 20 avril 2009, la « journaliste » Colombe Schneck (je mets des guillemets sciemment), présente et participe à une discussion autour de la chronique de Pierre Langlais qui parle d’un des héros de la série « Rescue me » qui défend l’idée d’un « Inside Job » concernant les attentats du 11 septembre 2001…

Dans son introduction du sujet et dans ses propos, Colombe Schneck utilise le terme « révisionniste » pour qualifier ceux qui parlent d’un complot intérieur à propos des attentats. Il ne fait aucun doute que pour Colombe Schneck, ce n’est pas à la première des définitions de « révisionnisme » présentées ci-dessus qu’elle fait référence, mais bien de la seconde : cette « position », pour le moins polémique, défendue par nombre d’états-uniens, est de manière générale systématiquement présentée comme douteuse, stupide, fascisante, insupportable dans les médias traditionnels.

Douteuse ? Soit !

Personnellement, je ne me sens pas le droit de dire quel est le vrai du faux. Je ne suis pas journaliste.

En revanche, un « journaliste » qui présente un point de vue différent de la doxa et qui l’assimile directement au révisionnisme, hors de toute question liée à la Shoah, ne me semble tout simplement pas acceptable. En réalité, je suis sur internet les différents développements de cette thèse depuis qu’elle s’est fait jour, et je me contente d’écouter, de lire et de regarder les arguments présentés par les différents « partisans » de la théorie du « complot intérieur » et si la plupart de leurs arguments me paraissent grossiers, quelques-uns mériteraient quelques éclaircissements… J’attends avec impatience des contradicteurs offrant des arguments construits et étayés.

Quand on ne craint pas ses adversaires, ou ses contradicteurs, on n’a pas peur de débattre.

J’aurais cru que le rôle d’un journaliste était de permettre au débat d’avoir lieu, de présenter les faits et éventuellement les différents points de vue.

Pour Colombe Schneck donc, quelqu’un qui n’est pas d’accord avec elle est un « révisionniste ».

Ça laisse songeur.

Oui mais…

Anne Cécile Robert* a publié un article qui ouvre un certain optimisme sur l’Afrique.

L’Afrique est peut-être en passe de vivre un tournant, un espoir pour une seconde et réelle indépendance ?

“ Au-delà de la bienveillance carnassière de la « communauté internationale » ”

Ça ne vous paraîtra pas forcément évident de faire le lien comme cela, mais il m’est impossible d’éviter d’aller dans cette direction…

Compte tenu de la malédiction du pétrole ainsi que des formidables ressources minières, il y a de bonnes raisons d’être sceptique. D’autant que réfléchir sur le devenir de l’Afrique et regarder en face la réalité de ce qu’il s’y passe permet de voir dans le miroir la réalité des mécanismes qui nous gouvernent, notamment ici, dans notre patrie des droits de l’homme

Il suffit d’abord de considérer que l’occident a toujours joué des coups d’État, de la manipulation et de l’oppression par des dictatures en tirant les ficelles depuis le cœur même de nos grandes institutions démocratiques. Outre la contradiction entre la réalité des politiques étrangères menées par nos dirigeants et leurs discours démocratiques, nous savons aussi, même si nous feignons encore de l’ignorer tant cette réalité est dure à affronter, que ces méthodes finissent par s’appliquer à nos propres peuples.

Aux États-Unis comme en Europe, alors que l’on a, en apparence, les mécanismes de la démocratie, la réalité du pouvoir et des prises de décision échappe finalement aux peuples pour se retrouver concentrée aux mains de quelques hommes d’affaires, de quelques familles et professionnels des appareils de partis.

Même au sein de l’Europe, la soi-disant grande maison commune, nous n’avons aucune raison de nous sentir « à l’abri » : parce que ses institutions se sont quasiment exclusivement constituées, au détriment de tout le reste, autour de la loi du marché, avec une mise en concurrence acharnée et contre-productive pour les classes populaires, les fruits de sa prétendue « croissance » se sont retrouvés finalement toujours concentrés aux mains des mêmes.

Et non, nous ne sommes pas à l’abri de « guerres » ou de très difficiles lendemains parce que là où les déceptions des populations grandissent, s’affirment jusqu’à l’écoeurement, c’est la logique de la peur, de la pression et des aspirations réactionnaires qui reviennent en force.

Au rythme où vont les choses, l’Afrique pourrait, au prix d’énormes efforts pour se débarrasser de ses parasites, se retrouver dans une position certes améliorée, mais en ayant en face d’elle un occident en proie à des convulsions nationalistes et autoritaires, sous le joug de pouvoirs manipulant les valeurs sécuritaires, et méprisant la vie privée et les droits les plus fondamentaux au non même d’une vision bien cynique de la démocratie.

La gronde des laissés pour compte de l’Europe libérale va en s’amplifiant, notamment à l’est avec les déceptions engendrées par le passage d’une économie planifiée misérable à une économie libérale qui a explosée, mais au profit des mêmes apparatchiks.

Le prochain Hitler, le prochain Mobutu, le prochain Saddam, le prochain Franco, le prochain Mussolini, ces marionnettes mises en place par les éminences grises, arrivera aussi sûrement à l’Élysée ou dans une autre de nos prétendues démocraties européennes que dans un pays dit « du sud ». Nous en avons un exemple tellement énorme qui nous toise depuis l’autre côté de l’atlantique que nombre d’entre nous feignons de ne pas le voir.

Il n’y arrivera pas par un coup d’État à l’ancienne, mais en usant de toutes les ficelles de la manipulation que les « think tanks » et les « spin doctors » grassement payés par les grandes familles lui mettront à sa disposition, en surfant sur une vague populiste grossièrement créée et savamment orchestrée

À l’heure ou en France on célèbre les justes, à l’heure ou on salue le combat de l’abbé Pierre, les listes de ceux qu’il faudra surveiller, voir venir chercher en premier, sont déjà prêtes…

Paranoïaque ? mmmhhh…

L’Histoire n’est pas juste une affaire de spécialistes penchés sur le passé.

Jusqu’à quand allons-nous dormir ?

*Sa dernière intervention dans « Là-Bas » dans la série « Autour du Diplo » du 9 janvier 2007 condense en quelques mots ce que j’essaye de bafouiller dans mes notes et c’était vraiment une bouffée de cohérence salutaire.

P. S. : Pour ce qui concerne les programmes des partis, nous sommes assez intelligents, j’espère, pour lire entre les lignes des programmes leurs contradictions intrinsèques et grossières, et d’en tirer les conséquences.

Si je ne me place que du point de vue du petit patron que je suis — qui bosse à l’export, sans aides publiques, sans marchés publics, etc. — j’ai toutes les raisons d’être terrorisé (!) par les programmes portés par les partis dits de droite. Et si le parti du centre semble aller dans une direction qui lui est propre, il ne faut jamais oublier qu’il s’est toujours démarqué de ses amis de droite pendant les campagnes pour finalement s’y rallier en dernier ressort.

Quant aux partis dits de gauche, ils sont carrément largués, mais ça, c’est une autre question.

P. S. 2 (07/02/07) : J’ai mis un lien dans cette note vers un site : http://www.syti.net/ sur lequel on trouve pas mal de notes avec un point de vue argumenté… Las, je n’en partage pas totalement tous les points de vue, notamment sur les « maîtres du monde ». Plutôt que le complot, ne serait-ce pas la fuite en avant éperdue d’un système dont la propre incohérence et la médiocrité ont provoqué un effondrement généralisé qui entraîne tout sur son passage…

éclectik : Bruno Podalydès – Chroniqueurs Européens

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 12 mai 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20070512-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

C’est bientôt Cannes. Notez qu’on ne prend même plus la peine de dire « le festival de… ». C’est bientôt Cannes, donc et nous n’aurons aucune pensée pour les stars. C’est à tous les jeunes cinéastes qui atteignent la croisette en bus avec un smoking de location avant d’être hébergés au camping de la plage, c’est à eux, ce matin, que nous allons rendre hommage.
Et ce grâce à Bruno Podalydès. Bruno Podalydès, est le réalisateur du « Mystère de le chambre jaune », du « Parfum de la dame en Noir » ou de « Liberté Oléron », films dans lesquels il met en scène son frère Denis.
Bruno Podalydès, disais-je est l’auteur d’un petit livre épatant : «La boîte vocale d’Alex Buchard ». Alex Buchard vient présenter un film à Cannes pour la toute première fois et disons que « ça n’est pas de la tarte ». A n’en pas douter le film d’Alex Buchard fera date dans l’histoire du cinéma puisqu’on y trouve des répliques comme : « Quel serait pour vous votre plus grand malheur ?
Réponse : Mourir en laissant la vaisselle sale ».
Bruno Podalydès aime le dessin, les personnages avec des pantalons trop courts et la voix de Jean Renoir. C’est l’invité d’EclectiK ce matin.

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Maintenant que les élections sont passées, il est temps de se demander pourquoi on les a trouvé passionnantes. Pour la réforme des 35 heures ? Pour la réforme la fiscalité ? Ce qui passionnait les français c’était de savoir comment ça se passait entre François et Ségolène d’une part, entre Cécilia et Nicolas d’autre part. Sont ils « ensemble » comme le dit le slogan ? Ou bien encore, sont-ils dans l’union de la majorité ?

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
Les journalistes européens que sont Joëlle Meskens, Daniele Zappala, Johannes Wetzel et Edita Urmonaïte développeront les thèmes suivants : les premières dames de France, une croisière au large de Malte, et les calins gratuits.

Programmation musicale
        > Harry Belafonte : Day O (RCA)
        > M : Machistador (Delabel)
        > Helena : Mon verre d’eau (Discograph)
        > The Cure : Close to me (Fiction)
        > Zazie : Je suis un home (Mercury)
        > Gabriel Rios : Angelhead (Pias)
        > Alliance Ethnik : simple et funky (Delabel)
Livre
Bruno Podalydès
La boîte vocale d’Alex Buchard
éditeur : Séguier

éclectik : Guillaume Depardieu – Chroniqueurs Américains

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 24 mars 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20070324-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Guillaume Depardieu pose un baiser sur le front de Jeanne Balibar. Et elle ferme les yeux. Et elle s’abandonne.
C’est l’affiche du dernier film de Jacques Rivette : “Ne touchez pas la hache”. L’histoire d’une femme qui attise le désir d’un homme. Elle se dérobe. Elle le regrettera.
Cet homme tombe amoureux pour la première fois et il ne sait pas bien quoi faire de ce sentiment là. “Ne touchez pas la hache” est une histoire d’amour où les amoureux se loupent à cause des convenances, de l’orgueil et de la brutalité. Le film sort en salles mercredi prochaine et la première heure Eclectik, c’est une conversation avec Guillaume Depardieu.

Invité
Guillaume Depardieu

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
François Bayrou est à la réunion et c’est pour ça que Thomas Chauvineau a quitté l’île. Mais non…
Pour son retour Thomas a composé un journal de bord avec des enfants de 8 ans. Un reportage qui donne tout son sens à l’expression aujourd’hui très usitée : “se faire bouffer par des gamins”

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
C’était il y a bien longtemps, pratiquement à J moins 10000 du premier tour de la présidentielle, les enfants écrivaient au père noël et le père noël leur répondait. Ils doivent s’en souvenir tous ces enfants qui ont écrit au père Noël en décembre 1987 et ont reçu en retour la lettre au Français de François Mitterrand.
Mais aujourd’hui, avec la présidentielle, pour les adultes nostalgiques du merveilleux on a mieux : on a la campagne sur Internet.

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
David Page, Michel Dolbec et Eduardo Olivares vous entretiendront notamment des livres qu’on ne lit pas, de méthodes de management peu recommandables et d’objets volants non identifiés.
à noter:
à Nancy le 30 mars
une rencontre avec Pierre Bayard, auteur de Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?
– 14h à la fac de lettres, bld Albert 1er
– 18h30 à la librairie l’Autre Rive, 19 rue du Pont Mouja.

Programmation musicale
        > Joss Stone : Tell me about it (Virgin)
        > Thomas Fersen : la chauve-souris (Tôt ou tard)
        > Stephen Eicher : Rendez-vous (Barclay)
        > Diana et the supremes : Baby love (EMI)
        > Cindy Lauper : Time after time (Epic)
        > Rita Mitsouko : communiqueur d’amour (Because)
        > The John Butler trio : Better than (Warner)
Livre
Pierre Bayard
Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?
éditeur : Editions de Minuit

Lien
Les Lip, l’imagination au pouvoir!

éclectik : Jean Rochefort

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 29 décembre 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20071229-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Jean Rochefort joue « Entre Autres » au théâtre de la Madeleine d’après des textes de Roland Barthes, Jean Yanne, Fernandel, Verlaine, Boby Lapointe, Primo Levi

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
Joëlle Meskens nous parle des 40 ans de la loi Neuwirth, soit les 40 ans de la pilule… Une campagne est diffusée en ce moment (“la meilleure contraception, c’est celle qu’on choisit”). L’occasion de parler de l’état de la contraception aujourd’hui… En France, le nombre d’avortements est encore élevé et il est de plus en plus compliqué d’avorter.
Qu’en est -il ailleurs ?

Michel Dolbec à propos d’ un certain humour québécois que les Français adorent et que lui déteste. Plus précisément, il veut évoquer les têtes à claques, humoristes qui sévissent régulièrement sur Canal + et dans des pubs françaises.
Si vous ne connaissez pas : http://www.tetesaclaques.tv/

Programmation musicale
        > Kate Nash : Foundations
        > Boby Lapointe : framboise
        > Cali : comme j’étais en vie
        > Georges Moustaki : les eaux de mars
        > Stevie Wonder : superstition
        > Massilia Sound System : au marché du soleil
        > Calvin Russell : Midnite man
        > Alain Bashung : la nuit je mens
Lien
Jean Rochefort au théâtre de la Madeleine

éclectik : Luz – Chroniqueurs Américains

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 5 mai 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20070505-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Parmi les brèves publiées en dernière page de Charlie Hebdo cette semaine, j’ai choisi celle – ci : « La Môme, avec Marion Cotillard. 5 millions d’entrées. Et 10 millions d’acouphènes ».
Je l’ai choisie parce que je soupçonne Luz de l’avoir trouvée. Luz est l’un des dessinateurs de Charlie Hebdo et il vient de publier aux éditions Hoëbeke, un ouvrage fort recommandable intitulé « J’aime pas la chanson française ». Vincent Delerm, Benjamin Biolay ou Cali y sont habillés pour plusieurs générations. C’est au vitriol, drôle et réjouissant, même si on l’aime, la chanson française.
D’ailleurs, quand Luz se dessine, je trouve qu’il se fait des airs de Pierre Vassiliu.
Conversation avec Luz, dessinateur, c’est la première heure EclectiK d’aujourd’hui.

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Thomas Chauvineau a décidé de consacrer son journal de bord hebdomadaire à un chanteur français : Michel Farinet, retraité qui bossait dans le textile et qui a décidé de pousser la chansonnette à l’approche de la soixantaine. Vous ne connaissez pas Michel Farinet ? Et bien il s’en fout, parce que pour lui, l’essentiel c’est la composition.
www.bide-et-musique.net

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Pour sa revue de presse du pire, Guillaume Erner a rédigé une ode à un type en pyjama rouge et bleu qui n’a pas son pareil pour grimper au mur. Il se fait appeler Spiderman par les autochtones

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
jusqu’à midi, Eduardo Olivares, Christian Rioux et David Page prononceront les noms de Fabien Barthez, Richard Nixon et Noël Forgeard.

Programmation musicale
        > Brigitte Fontaine : La métro (Virgin)
        > Erik Truffaz : Nobody puts the Baby in the Corner (Blue Note)
        > Garbage : Stupid Girl
        > Tété : Madeleine (Jive)
        > Idir et Saïan : je viens de là où l’on m’aime (Columbia)
        > Petula Clark : Downtown (Sanctuary)
        > Bashung : Sommes-nous (Barclay)
Livre

Luz
J’aime pas la chanson française
éditeur : Hoëbeke

lien
Le site du café animé La Mer à boire

éclectik : Katerine – Chroniqueurs Africains

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 17 mars 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20070317-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Philippe Katerine, chanteur que vous avez peut-être eu la chance de voir sur scène ou sur votre écran de télévision. Vous savez, ce garçon avec le torse couvert de peinture et une barrette de fille dans les cheveux.
Il faut franchir un immense portail de fer. gravir un escalier. entrer dans un hall pour en ressortir à l’opposé. Tourner à droite, faire un code à 4 chiffres, monter 3 étages et c’est là. Philippe Katerine ouvre la porte avec son sac à chien bleu électrique au bras. les femmes ont des sacs à mains. Philippe Katerine a un sac à chien sans chien.
avant que nous nous installions pour notre conversation, j’ai souhaité enregistrer la sonnerie…non pas de son portable mais de son appartement. De l’appartement de qui? de Philippe Katerine, chanteur.
On dirait que vous et moi étions sur le seuil…
album “Robot après tout” Barclay

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Martine Abat s’est rendue à un cours du soir. Un cours pour “apprendre àgérer son temps”, un des soucis majeurs du XXIème siècle. ll y a une prof, des élèves et ça en dit long sur la marche du monde.

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Vous découvrirez que guillaume Erner a une affection toute particulière pour Michel Polnareff bien qu’il ne porte pas de lunettes à montures blanches et ne pose pas, du moins pa sencore, les pectoraux à l’air, en une de Paris Match.

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
Akram Belkaïd, Eyoum N’gangue, Benn Pepito et Zyad Limam parleront d’évenements anti-rides et d’émancipation de la femme tandis que Zyad a appellé le bureau cette semaine pour dire : “samedi, je veux parler des beurs dans la campagne”.

Programmation musicale
        > Katerine : Louxor, j’adore (Barclay)
        > Katerine : la joueuse (Barclay)
        > Katerine : numéros (Barclay)
        > Chuk Berry : Johnny B. Goode (Vogue)
        > Salvador et Gilberto Gil : Tu sais je vais t’aimer (V2)
        > An Pierlé and White Velvet : tenderness (Pias)
        > Bertrand Belin : tes délices (AZ)