Le Pays des Hommes Intègres

Parce qu’à l’heure où j’écris ces lignes, le Burkina Faso traverse de nouveau des heures troubles, je ne peux que vous inviter à vous pencher sur l’histoire de ce pays.

Triste événement qui m’offre l’occasion de remettre ici mes docs en cours de tri. Je vous invite donc à écouter et regarder des émissions sur le Burkina Faso et la françafrique, c’est la seule chose que je puisse faire…

wpid-burkina-mitterand-2015-09-16-22-391.png

Documentaire vidéos :

Thomas Sankara, l’homme intègre

De : Robin Shuffield – 2006

http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/Doc-Burkina-ThomasSankara-LHommeIntegre.m4v&arve

——

Emissions Radio :

L’Afrique enchantée (France Inter)
Soro Solo & Co

wpid-AFREN-2015-09-16-22-39.png

– Se souvenir de Sankara 55:32
Émission du 12/10/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20141012-SeSouvenirDeSankara.mp3″]

– Nicolas Sarkozy l’Africain 55:57
Émission du 13/05/12
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20120513-NicolasSarkozyLAfricain.mp3″]

Rendez-vous avec X (France Inter)
Patrick Pesnot

wpid-RVX-2015-09-16-22-39.png

– Burkina Faso : Thomas Sankara
Émission du 23/02/2001
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20010223-BurkinaFassoThomasSankara.mp3″]

– Burkina Faso : Blaise Compaoré, l’ex-putschiste détrôné 37:37
Émission du 29/11/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20141129-BurkinaFasoBlaiseCompaoreExPutschiste.mp3″]

Culture Monde (France Culture)
Florian Delorme

wpid-CMONDE-2015-09-16-22-39.png

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (1/4) – Retour sur une insurrection populaire exemplaire 52:49
Émission du 02.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-15-Retour sur une insurrection populaire exemplaire.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (2/5) – Une transition politique sous tension 52:53
Émission du 03.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-25-Une transition politique sous tension.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (3/5) – La jeunesse et le culte de Thomas Sankara 53:13
Émission du 04.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-35-La jeunesse et le culte de Thomas Sankara.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (4/5) – Les chemins du développement 52:04
Émission du 05.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-45-Les chemins du développement.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (5/5) – Le Burkina face au terrorisme 53:46
Émission du 06.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-55-Le Burkina face au terrorisme.mp3″]

Et aussi :

Les Enjeux Internationaux (France Culture) – Burkina-Faso. Les premières leçons politiques et régionales de la chute du président Compaoré 12:07

Émission du 24/11/14

Afrique

wpid-chocolate-2008-03-5-09-21.jpg

Est-ce la langueur du « Hallelujah » interprété par Jeff Buckley qui m’accompagne depuis le petit matin ? Est-ce l’idée de reprendre le voyage alors qu’à ma fenêtre un voile blanc recouvre la campagne bavaroise ? Est-ce le parfum doucereux des fondants au chocolat qui s’échappent du four, que j’ai fait ce matin pour remercier mes hôtes de leur accueil si amical… Peut-être est-ce la mélancolie qui précède la joie de retrouver mes « proches » après une trop longue absence… Peut-être tout ça à la fois.

Après près de deux semaines de frénésie traductrice, continue, insensée, les travaux transmis en flux tendus s’ajoutant sans cesse les uns aux autres, voilà un peu de calme, et donc, un peu de temps pour laisser les émotions revenir à leur juste place.

wpid-bavaria_snow-2008-03-5-09-21.jpg

Hier déjà, un mail d’un compatriote Ivoirien qui me remerciait de publier les émissions de Rendez-vous avec X sur mon site, avait comme déchiré le bloc de nerfs qui me figeait sur mon siège. Une occasion pour moi de lui dire en quelques mots toute la tristesse que me procurent les paroles infâmes et tellement malhonnêtes de notre président et de sa sinistre, indigne plume, à propos de l’Afrique.

Puis, un autre mail est venu m’apprendre que mon parrain, Robert C., Bob, était décédé d’un cancer il y a quelques jours. Je suis profondément touché par la mort d’un humain. Cet instant qu’il pressent venir inéluctablement mérite, quelle que fût sa vie, une pensée pour le petit d’homme qu’il a été à sa naissance et cette même fragilité qu’il a retrouvées à cet instant-là.

Sa mort « prématurée » refermera définitivement pour moi l’énigme de ce gros nounours qui me faisait sauter sur ces genoux et me chatouillait à mourir, les dimanches entre blancs de Yaoundé. Bob était mon parrain. Je l’avais choisi parce que j’aimais ce bonhomme et son grand sourire, sa bonne humeur dominicale… J’étais un enfant.

Une énigme parce que là se trouve l’un des nœuds de mon histoire de français africain : Ces hommes et ces femmes qui me traitaient moi, leur enfant, comme un roi, alors qu’ils acceptaient, supportaient et participaient, bon gré ou malgré, à l’infamie qui faisait qu’à quelques mètres de la piscine où je m’ébattais insouciant, mes frères et sœurs enfants africains s’éteignaient misérablement dans le dénuement, la misère, la maladie, l’indifférence.

La découverte il y a quelques années des livres de l’association Survie, notamment « le Dossier noir n°14, Le silence de la forêt : réseaux, mafias et filiales bois au Cameroun », a donné encore plus de relief à cette énigme, Bob y étant directement mis en cause.

Toujours est-il que ce matin, après avoir suivi de loin les terribles événements qui secouent le Cameroun, incapable de m’exprimer sur ce qui me touche pourtant au plus profond, j’ai lu un très bel article qui m’a… Bouleversé :

Où est le “Centre” de l’Afrique ?

Bouleversé parce que c’est bien là encore une fois un démenti — mais en est-il besoin ? — aux discours indignes sur l’absence d’histoire africaine, d’épaisseur, d’existence, que cette caricature de « tchatcheur » du sentier qui est nous sert de président est allé asséner à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Tenir de tels propos dans une université africaine, qui plus est qui porte ce nom, c’est soit une triple erreur, soit comme je le crois, un signe fort du mépris et de déni que porte la nouvelle droite décomplexée (et les élites politiques françaises de manière générale) à l’égard de la légitime fierté des Africains vis-à-vis de leur histoire. C’est comme un signal dont le message serait : « De toute façon, vous n’êtes que des nègres incapables… ». C’est Pétain s’adressant aux colonies, c’est Baudoin déniant avec mépris la légitimité de Lumumba à s’adresser à lui d’égal à égal… Et nous sommes pourtant en 2008.

Comment le président de la République française peut-il tomber aussi bas, être aussi minable, ignorant, indécent

Il n’est pas d’autre mot que la honte, pour décrire ce que j’ai ressenti quand adolescent j’ai compris le rôle de la France et de mes compatriotes français dans l’état de l’Afrique. Cette honte n’a fait que grandir au fur et à mesure que je mesurais l’ampleur de ce que l’on appelle la Françafrique.

Cette honte a atteint son paroxysme à deux reprises au cours des derniers mois :

La première fois a été le soir du résultat des élections présidentielles françaises, lors du discours qui pour moi marque la véritable rupture de N. Sarkozy : tenir un discours qui se veut sur certains points rassurant et qui, en deuxième lecture, en creux porte et décrit en détail la prolongation désastreuse à venir des mêmes ignominies.

La deuxième fois a été à la lecture du discours à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. La « décomplexion » de cette droite n’a d’égale que son ignorance, ou sa mauvaise foi.

Il y eut bien sûr d’autres moments où j’ai eu envie de hurler, par exemple lors du traitement médiatique de l’affaire « Arche de Zoé », où plus récemment encore l’attitude de la France lors des événements récents au Tchad.

La Françafrique, c’est fini ? Vraiment ?

J’ai honte de mon pays, j’ai honte de la nationalité de ma carte d’identité.

Plus le temps passe et plus ma honte se transforme en effroi.

maj le 6 mars 2008

Et ben mon papa, c’est le plus fort !

wpid-papa_sarko-2007-10-2-09-411.jpg

« On n’éduque pas un enfant en lui laissant croire que tout lui est permis, qu’il n’a que des droits et aucun devoir. On ne l’éduque pas en lui laissant croire que la vie n’est qu’un jeu ou que la mise en ligne de toutes les connaissances du monde le dispense d’apprendre. »

« Récompenser le mérite, sanctionner la faute, cultiver l’admiration de ce qui est bien, de ce qui est beau, de ce qui est grand, de ce qui est vrai, de ce qui est profond, et la détestation de ce qui est mal, de ce qui est injuste, de ce qui est laid, de ce qui est petit, de ce qui est mensonger, de ce qui est superficiel, de ce qui est médiocre […] »

« Nous devons remettre la culture générale au cœur de notre ambition éducative. »

« Renaissance intellectuelle, morale et artistique » !

Bigre, après s’être engagé aux Nations Unies à sauver le monde de l’emprise des multinationales et du FMI qui affament, empoisonnent et pillent les plus pauvres et les plus faibles ; après s’être proposé à Dakar de tendre la main à ces feignants d’Africains, après s’être engagé à sauver la France des cancers, de la pollution de la malbouffe et du chômage, voilà qu’il s’engage à éradiquer la médiocrité de notre paysage !

Alors, c’est vrai papa, tu vas retirer leurs licences d’émissions à TF1, M6, Skyrock, NRJ, BFM, RTL, Direct 8 ?

Whooooaaaa, j’en crois pas mes yeux !

AREVA : « L’énergie au sens propre »

Il y a une publicité qui a le don d’être exaspérante, c’est celle d’Areva (vous pouvez la regarder en entier en cliquant ici).

wpid-pub_areva_canada_2-2007-09-4-16-21.jpg

Pourquoi tant d’énervement ?

– Parce que c’est du nucléaire ? Oui, mais… Non.

wpid-pub_areva_recyclage-2007-09-4-16-21.jpg

– Parce que l’on y voit la finalité de la filière énergie nucléaire selon Areva : une bande de djeuns se trémoussant de nuit (c’est un cours de danse il paraît) dans les immeubles hi-tech d’une ville moderne (de chine) éclairée comme en plein jour ?

wpid-pub_areva_danse-2007-09-4-16-21.jpg

Non. Ça aurait pu être ça. On a d’ailleurs le même problème avec les éoliennes, mais ça sera peut-être un jour l’objet d’une note.

Non, c’est parce que la pub démarre sur ça :

wpid-pub_areva_canada-2007-09-4-16-21.jpg

Sans présager des conditions d’exploitations des mines au Canada… Exit une autre partie moins reluisante des petites affaires d’Areva, pourtant tout aussi importantes : l’exploitation de mines au NigerAreva est le premier employeur (!) après l’état nigérien. Et puis, quand on exploite des mines dans de telles conditions, on n’a pas envie que ça figure dans sa communication !

Ah ? Pardon, excusez-moi. Oui ? Mmmmhhh…

On me dit que les mines du Niger, c’est pour le nucléaire militaire…

Donc ce n’est pas pareil du point de vue environnemental et social ?

Jugez plutôt :

Témoignage d’un reporter de la BBC, accessible sur le site dissident-media.org :

« Des gamins de quinze et seize ans se font irradier dans les mines sous contrôle français au Niger. Il n’y a quasiment aucune protection contre l’inhalation de gaz radon. La main-d’œuvre, presque exclusivement des nomades Touaregs, reste totalement ignorante des effets de l’exploitation minière. La détection des radiations et les contrôles sanitaires sont inexistants. »

wpid-pub_areva_economie-2007-09-4-16-21.jpg

Et à lire les rapports de la CRIIRAD concernant les difficultés faites aux missions du 20 avril 2005 et du 19 décembre 2003, pour tenter d’y voir clair sur les conditions d’exploitations, on peut être certain que ce n’est pas le genre de sujets que l’on va mettre dans une publicité destinée au public occidental.

Le pompon restant quand même ce petit commentaire de la part de Didier Gay, en mission commerciale pour le compte d’Areva en vue d’établir un rapport sur les conditions d’exploitations et qui avoue que « La question sanitaire des travailleurs n’a pas du tout été abordée. »

Circulez, y’a rien à voir.

wpid-guardian_weekly-2007-09-4-16-21.jpg

Si la France ne tire aucun bénéfice de ses relations commerciales avec l’Afrique, comme le déclare Nicolas Sarkozy, le renouvellement du contrat d’Areva avec le Niger à de quoi laisser songeur, comme le pointe Guy Labertit dans un article publié sur Le Monde et repris par The Guardian Weekly :

« Le groupe français Areva vient de renouveler ses contrats miniers avec le Niger. Avec effet rétroactif au 1er janvier, Areva enlèvera ou achètera cette année dans ce pays plus de 3 000 tonnes d’uranium métal à 40 000 FCFA (61 euros) le kilo contre 27 300 (42 euros) à ce jour, soit une augmentation de l’ordre de 50 %.

Pourtant, ce prix est à peine le tiers de celui pratiqué aujourd’hui sur le marché spot (126 000 FCFA, soit 192 euros). »

Qui a dit que la françafrique c’était fini ?

Françafrique : en attendant le Messie

Nicolas Sarkozy, 6 mai 2007 :

« La France sera au côté des infirmières libyennes enfermées depuis huit ans. »

Dont acte. Bon, pendant que tout le monde se focalise sur des arrangements politico-diplomatiques et les effets d’annonces de la famille Kadhafi qui sait visiblement très bien exploiter un calendrier, que se passe-t-il ?

Et bien plus rien. Pardi. Circulez, y’a rien d’autre à voir !

La presse qui s’ennuie et la « gauche de gouvernement » jouent les coquelets en dénonçant madââââme ces tractations innaceptaaaables autour de ces pauvres bulgares…

À l’UMP, on doit rigoler à s’en faire péter les côtes ! Surtout, regardons bien tous dans la même direction…

Pendant ce temps, on ne parle plus de ça, ni de ça, et encore moins de ça

Si certains, à l’instar d’Antoine Glaser* dans Africa International n° 410 (mai-juin 2007), s’empressent de mettre en avant la perte d’influence de la France en Afrique face à la présence croissante de la Chine, des Etats-Unis d’A. ou d’autres pays européens ; ou encore pointent le changement de style à l’Elysée, il ne faut pas se méprendre : les intérêts des groupes français en Afrique restent trop importants pour que N. Sarkozy touche à quoi que ce soit. Il n’en n’a dailleurs sans doute jamais eu l’intention, sinon, il ne serait jamais arrivé à ce poste.

Mauvaise langue, odieux procès d’intention ?

Il y avait un article intéressant dans le Jeune Afrique n° 2427 (15-21 juillet 2007)…

Morceaux choisis :

« […] 9 juillet […] Denis Sassou Nguesso reçoit dans sa suite de l’hôtel Meurice, à Paris. Coïncidence : son gendre Omar Bongo Ondimba, président du Gabon, est également présent dans le même palace de la rue Rivoli. […] Dans l’ascenseur, on a pu ainsi croiser ces jours-ci les ministres français Michèle Alliot Marie, Bernard Kouchner, Brice Hortefeux, Jean Marie Bockel, le secrétaire général de l’UMP Patrick Devedjian, le secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant, mais aussi Christophe de Margerie de Total et même Bernard Tapie. Rien n’a changé, en somme, par rapport aux « années Chirac », […] les présidents congolais et gabonais […] sont toujours aussi courtisés par une classe politique française qui, toutes tendances confondues, sait où se situent ses intérêts — sans compter les hommes d’affaires. »

Petite piqûre de rappel, Nicolas Sarkozy, 6 mai 2007 :

« Je veux lancer un appel à tous les Africains, un appel fraternel pour dire à l’Afrique que nous voulons l’aider. […] À tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies, par les dictatures, je veux dire à tous les enfants à travers le monde à toutes les femmes martyrisées dans le monde, je veux leur dire que la fierté et le devoir de la France sera d’être à leur côté. »

Bongo, Sassou… Des exemples de démocratie et de droits de l’homme.

Et non, bien sûr, la France n’a aucun intérêt en Afrique…

Ça, pour être décomplexé, c’est décomplexé…

wpid-kouchner_sassou-2007-08-4-14-49.jpg

* Article intitulé : « La France sera la madeleine des africains »

Mélange des genres

Nicolas Sarkozy : « Je veux lancer à tous les Africains un appel fraternel pour leur dire que nous voulons les aider à vaincre la maladie, la famine et la pauvreté et à vivre en paix. Je veux leur dire que nous déciderons ensemble d’une politique d’immigration maîtrisée et d’une politique de développement ambitieuse. »

Cadeaux « bonux » dans le paquet de lessive présidentiel :

wpid-paloma-2007-05-9-00-45.jpg

Pour les militants de l’UMP qui continuent à dire qu’il n’y a rien de mal à prendre des vacances sur un yacht, il serait peut-être intéressant de se souvenir que c’est le yacht de Vincent Bolloré, ami personnel de N. Sarkozy, et que pour les Africains, Bolloré ne rime pas vraiment avec développement

Qui a parlé de morale ?

Le cauchemar continu (e)

Souvenir du Cameroun…

C’était mon « nounours ». Il adorait me faire rigoler et me faire des chatouilles… On allait parfois passer le dimanche chez lui…

Un bon copain à mes parents. Je l’avais choisi être mon parrain, et celle qui me faisait des tartes tatins pour dessert (la femme du DG de la BICIC, pour être ma marraine « en or » (elle aimait bien les bijoux). À sept ans, j’ai voulu être baptisé, à Mvolié, par le père Veseval…

27 ans plus tard, je suis là à ressasser mes malaises, mes cauchemars, mon dégoût, le goût amer que me laissent une enfance et une adolescence privilégiées au milieu de la misère dont mes proches étaient les instruments. Je suis avide de lumière et je ne veux plus qu’une chose que le cauchemar africain s’arrête…

Depuis l’adolescence cette horreur me tourmente.

Je lis dans les dossiers noirs n° 14, « Le silence de la forêt, réseaux, mafias et filières bois au Cameroun » :

« Pris à part, Robert Coron est un vrai nounours. Forestier bourru et figure éminente de la communauté française expatriée de Yaoundé, membre influent du tout-puissant Groupement Interpatronal du Cameroun (GICAM) et parmi les critiques les plus féroces des détracteurs de l’industrie forestière.

[…] Aucune de ses propriétés n’est à plus d’une heure de conduite du port, et le salaire de base à la scierie n’excède pas 123 FCFA de l’heure.

[…] Les Français sont présents dans tous les réseaux et dans tous les rackets du pays. Mais si Rougier, Thanry, Bolloré, Pallisco et Coron sont aussi aptes que leurs connexions françaises à prendre des libertés graveleuses avec la loi, leur énorme machine de relations publiques — le gouvernement français — réussit généralement à garder les yeux braqués sur les énormités des Malaysiens, des Libanais ou des rusés Anglo-Saxons. »

C’est à hurler comme on peut être innocent au milieu de rapaces

Passage de relais françafricain…

Comme vous ne verrez aucune de ces images sur les médias français, je me permets de vous les montrer …

Le nouveau « vieux* » de notre pré carré françafricain, c’est le « doyen » Omar Bongo.

wpid-20070323_bongo_villepin_2-2007-03-24-00-111.jpg

Il faut dire que c’est un vrai « ami », Omar :

« Quant à dire que les liens que la France a tissés avec le pays, il faut y mettre fin, parce qu’on pense que c’est la bonne manière de faire plaisir au Gabon, je dis non. »

Bref, entre la déclaration de J. Chirac de ne pas y aller, et avant de donner son « soutien » à N. Sarkozy, il fallait s’assurer que le prétendant au trône, et son empêcheur de ségoléniser en rond, F. Bayrou, aient tous deux accepté le passage de témoin comme il se doit (et vu l’agitation grandissante dans le pré carré à l’approche des élections, c’est indispensable).

Après avoir dit de N. Sarkozy qu’il « n’y comprenait rien » (à propos des relations avec l’Afrique), Omar Bongo a donc « reçu en audience » en début de semaine les deux prétendants de droite

wpid-20070323_bongo_sarkozy-2007-03-24-00-111.jpg

wpid-20070323_sarkozy_CFA-2007-03-24-00-111.jpg

N. Sarkozy : « J’ai écouté les conseils du président Bongo qui a une grande expérience diplomatique, je lui ai expliqué comment se passait la campagne, j’ai recueilli ses sentiments d’amitiés qui sont pour moi très importants, je l’ai assuré également de mon intérêt pour l’Afrique, de mon amitié pour l’Afrique et de ma fidélité pour l’Afrique » (N.D.L.R. : M. Sarkozy s’adresse à un journaliste africain, c’est important pour comprendre la subtilité).

Puis ensuite, M. Bayrou, dont il est bon de rappeler sa « position » sur le sujet :

« (…) les réseaux, les yeux fermés, la Françafrique, ça ne correspond pas à notre idée du développement démocratique de la France. »

Ah bon ?

wpid-20070323_bongo_bayrou_2-2007-03-24-00-111.jpg

[Ah, mais on avait pas dit qu’il y aurait la TV — Bah, c’est juste pour chez nous]

Puis, une fois terminé, ce fut au tour de Villepin, pour conclure, en somme…

wpid-20070323_bongo_villepin_vra-2007-03-24-00-111.jpg

[Ah Omar, elle est superbe celle-là, et puis c’est une vrai – Oui, c’est un cadeau de Chirac]

Bref, savourons ensemble la conclusion de ce dernier :

wpid-20070323_villepin_CFA-2007-03-24-00-111.jpg

D. de Villepin : « D’abord l’entrevue c’est le plaisir de revoir le président Bongo, vous connaissez les liens très profonds d’amitié entre le président Chirac et le président Bongo, les liens avec la France, qui sont des liens très anciens et c’est l’occasion de faire un point sur les grands dossiers africains et aussi entre la France et le Gabon ; et puis les grandes situations de crise, la sagesse du président Bongo est toujours importante pour la diplomatie française et, aujourd’hui, dans la situation du Darfour, dans la situation plutôt favorable de la Côte d’Ivoire, nous avons beaucoup de dossiers qui sont sur la table. »

« Puis, en ce qui concerne l’avenir, en tout état de cause (N.D.L.R. bis : M. Villepin s’adresse à un journaliste africain, c’est important pour comprendre la subtilité) c’est une profonde fidélité à l’Afrique, une profonde fidélité à mon engagement vis-à-vis de ce continent, je suis né en Afrique (N.D.L.R. : moi aussi, je peux aller parler de tout cela avec Bongo ?), donc c’est défendre la paix, défendre la justice, quoi qu’il arrive et en toutes circonstances. »

Ça me rappelle les propos de Jacques Chirac, à propos de Mobutu, c’est fou comme l’histoire est un perpétuel recommencement…

Après avoir lu : « Pas question de laisser Sarkozy faire copain-copain avec Omar Bongo, qui connaît la plupart des secrets de la Ve République en général et de la Chiraquie en particulier » nous voilà donc rassurés, la françafrique va pouvoir continuer son petit bonhomme de chemin pour le plus grand bonheur des Africains, bien sûr…

P. S. Et bien alors Ségolène, vous avez des soucis avec Jean-Christophe ?

* Le « Vieux » étant le petit nom de feu Felix Houphouët-Boigny

Images extraites du journal TV gabonais via africatv.info.

Les éléments entre [ ] sont des interprétations personnelles.

RCI ya – plus – drap ?

Ça paraissait bizarre alors que depuis plusieurs années, c’est un silence assourdissant sur la Côte d’Ivoire, sur les rapatriés français que l’on ignore comme une maladie honteuse, sur la désinformation constante à laquelle se livrent les différentes parties en présence (une caractéristique majeure de la françafrique) on voit ces dernières semaines, plusieurs documents sur le sujet de la Côte d’Ivoire (Pièces à conviction sur France 3, La bataille d’Abidjan sur Arte…) diffusés à des heures de grandes écoutes sur des chaînes nationales… Des émissions qui montrent beaucoup de choses, mais qui finalement ne révèlent pas grand-chose sur les dessous des cartes.

wpid-20070302_bima_1-2007-03-6-10-16.jpg

Alors que la « crise Ivoirienne » s’enlise depuis maintenant plus de 4 ans, on voit à quelques jours des élections présidentielles en France apparaître un dénouement pour le moins surprenant : un accord entre les deux parties en présence, portant sur les élections (élections maintes fois repoussées par Laurent Gbagbo) et une entente jusqu’à des élections dans une dizaine de mois !

Outre la présence française et le rôle de la Côte d’Ivoire dans le pré carré africain de la France, il serait important que les Français aient été et soient encore aujourd’hui mieux informés de ce qu’il s’y passe, des enjeux et des implications de la France et des voisins de la Côte d’Ivoire dans cette crise et de la position délicate dans laquelle la France s’est mise là-bas…

Chirac et le gouvernement de Dominique de Villepin, qui s’apprêtent à quitter la place et qui auront sans doute des choses à redouter du nouveau locataire de l’Élysée, essayent-ils de se débarrasser vite fait mal fait d’un cadavre françafricain qui reste dans leur placard ?

Comme on peut le lire dans l’excellent dossier « Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors » de Politique Africaine (N° 89 mars 2003), chapitre La politique de l’engagement de la France

« Au Figaro, Toussaint Alain* a déclaré le 8 février 2002 : « Villepin devrait se méfier. Les dessous des relations franco-ivoiriennes, notamment à l’époque où il était secrétaire général de l’Élysée, ne sont pas toujours très reluisants. Nous sommes un peu étonnés qu’après toutes les largesses dont la Côte d’Ivoire à fait preuve à l’égard de l’Élysée, Monsieur de Villepin se comporte ainsi. Nous aussi, nous avons des dossiers. »

* Conseiller en communication à Paris de Laurent Gbagbo.

Comme le précise l’association Survie, que l’on ne peut pas qualifier de pro interventionniste quand il s’agit d’envoyer des troupes françaises en Afrique, l’absence d’intervention de la France dans ce cas précis aurait peut-être mené à des événements du même type que ce que l’on a vu au Rwanda.

Toujours dans Politique Africaine (N°97 mars 2005) « Côte d’Ivoire : le canari d’eau de Jacques Chirac » par Yacouba Konaté :

« Pour transformer une situation apparemment ouverte en un problème insoluble, les acteurs politiques ont disqualifié les instances d’arbitrage, épuisé les médiateurs, renié leurs engagements et renégocié les accords passés. Tout en proclamant l’unité et leur attachement à la Côte d’Ivoire, ils n’ont accepté que des compromis ambigus. Ils ont créé des milices, ruiné l’économie et érodé l’autorité de l’État, en attendant les sanctions onusiennes. Au final, la situation sociopolitique est gelée. Actionnés par les mouvements patriotiques, les blocages économiques et sociaux trouvent leurs relèves militaires dans les milices d’autochtones. »

wpid-20070302_bima_2-2007-03-6-10-16.jpg

On peut effectivement, a priori se réjouir des propos de Laurent Gbagbo, qui mettent en avant une « solution africaine » sans interventions autres qu’africaines, et qui va jusqu’à parler d’amitié avec le Burkina Fasso, de communauté de destin.

Mais on peut aussi craindre, si aujourd’hui la force d’interposition Française se retire aussi rapidement, et compte tenu du fait que chacune des deux parties en présence n’avait jusqu’à présent souhaité qu’une seule chose, c’était d’avoir les coudées franches pour en finir avec l’adversaire, chacune persuadée qu’elle l’emporterait rapidement sur l’autre, c’est que ces manoeuvres ne visent qu’à se débarrasser d’un empêcheur de régler les comptes en rond pris dans une position de ni Gbagbo, ni rebelles (sans n’avoir jamais été cohérent pour soutenir l’un ou l’autre, ou n’avoir jamais réussi à imposer une nouvelle équipe par un coup).

À moins que l’entente vise à se débarrasser tout simplement d’un allié volage dont les coups on fait long feu, le risque de se désengager trop vite n’est-il pas le risque de se diriger vers un bain de sang si les deux parties veulent finir le travail

images extraites du document « Pièces à conviction – Côte d’Ivoire : roquettes sur nos soldats » diffusé sur France 3 le 2 mars 2007.