Syrie, Irak

Pendant que l’on se « bouffe le nez » sur la question des réfugiés Syriens qui fuient les massacres d’une autre salle guerre, les affaires continuent !

Quand on examine le rapport Conflict Armament Research, Analysis of small-calibre ammunition recovered from Islamic State forces in Iraq and Syria, de Conflict Armement Research on trouve des infos parlantes qui seraient bien utiles si on voulait vraiment agir sur cette guerre…

Par exemple, la provenance des cartouches utilisées par DAECH en Syrie et en Irak.

On lit que les cinq principaux pays de fabrication sont dans l’ordre la Chine, l’Union soviétique, les États-Unis, la Fédération de Russie et la Serbie :

wpid-CAR-0-2015-09-14-16-505.jpg

Bon, vous avez compris, l’explication est logique y a du stock saisi sur les armées, de la récupération (ça fait longtemps que l’Union soviétique ne fabrique plus d’armes si vous n’aviez pas remarqué) etc.

Non, ce qui est vraiment important, c’est de regarder l’origine de fabrication des cartouches fabriquées depuis 2010. Et là, on entre dans le vif du sujet :

wpid-CAR-1-2015-09-14-16-504.jpg

Eh oui, vous lisez bien, pour les cinq premiers, dans l’ordre, la Bulgarie (membre de l’UE et de l’OTAN), la Chine, la Turquie (membre de l’OTAN et de l’OCDE), la Serbie (candidat officiel pour entrer dans l’UE) et la République tchèque (membre de l’UE et de l’OTAN)...

Bref, l’Europe, l’OTAN, les États-Unis, etc. personne, non, personne, ne peut rien faire…

À part y mettre encore plus de guerre et de violence en bombardant voire en envoyant des troupes sur place bien sûr.

Télécharger le rapport :

wpid-CAR-COVER-2015-09-14-16-505.jpg

Fini.

Après 5 ans d’amour, c’est fini.

Comme le témoigne le silence de ce site, malgré un investissement total, je vais devoir partir. Je ne suis plus chez moi. C’est la victoire des rentes financières sur la création de richesses par le travail. L’immobilier est devenu fou, ce n’est pas perdu pour tout le monde.

wpid-Picasso_pleurs-2010-02-8-15-07.jpg

À bientôt, ailleurs…

Discours de campagne

Le 20 mars, un ami américain apparemment très ému m’invite à écouter le discours de Barack Obama « A More Perfect Union » tenu je crois, le 18 mars à Philadelphie.

Malgré le petit échange que j’ai eu avec Philippe sur le sujet, ma position n’a pas changé : Barack Obama est le fruit d’un système, et s’il croit ce qu’il dit et souhaite vraiment le mettre en œuvre, son accession à la Maison Blanche provoquerait un séisme politique sans précédent dans l’histoire des états unis. Mais l’omniprésence de dieu, la certitude que seuls les États-Unis sont un vrai pays démocratique où tout est possible (merci pour nous), et la réutilisation du mythe des pères fondateurs me font plus que douter du devenir et des fondamentaux de cette entreprise.

wpid-Obama-2008-03-22-08-14.jpg

Mais pour le moment, au-delà du scepticisme qui m’habite, je me sens obligé de saluer et de savourer la qualité de l’orateur et surtout sa capacité à mettre des mots sur les attentes d’un peuple et des communautés qui le composent, à vouloir passer à l’étape suivante de son histoire.

Sur la nécessité de se regarder en face et d’assumer sa propre histoire, et en particulier ses périodes les plus sombres, sur l’ampleur des défis sociaux, économiques et environnementaux, auxquels ils indispensable de s’atteler immédiatement, sur la nécessité de retrouver un véritable fonctionnement démocratique débarrassée des lobbies… Sur tous ces points, l’amplitude et la force des positions de Barack Obama sont sans équivalents et offrent un espoir immense.

wpid-messie-2008-03-22-08-14.jpg

Et pour un français qui écoute atterré les discours de son président, l’amertume est au moindre tournant de chapitre : Les discours messianiques et grotesques, dignes d’un bonimenteur à gourmette/rolex dorée mais indigne d’un président n’en sont que plus pitoyables.

Souvenons nous que notre bouffon en costard qui s’est senti obligé d’aller sermonner la planète à l’ONU, en disant qu’il fallait la sauver, ne s’est pas privé de nous dire que nous étions des feignants, que les enfants de nos colonies étaient malvenus chez nous, que les Africains n’étaient que des paresseux sans Histoire, et que malgré les grands engagements de façade, l’environnement n’est finalement qu’un sujet d’activité d’éveil.

J’aimerais qu’il l’entende, ce discours. Malheureusement, je doute même que ce président ne soit ne serait-ce que capable de l’écouter en version originale : « Sarko l’Américain » n’est pas capable de commander ses hamburgers dans un fast food sans traducteur assermenté… À défaut d’y puiser des convictions, Sarkozy, et ne parlons pas de sa plume infâme, y trouverait au moins une leçon, un modèle de stature et de réalisme qui nous manque tellement.

Nous attendons encore celui ou celle qui s’adressera à nous comme à des citoyens, et qui regardera notre passé en face, nos colonisations et décolonisations, nos relations tumultueuses avec le Maghreb et en particulier l’Algérie, qui se débarrassera des camps et des partisans, et qui lancera les investissements nécessaires pour faire face aux enjeux énergétiques, environnementaux, éducatifs, de recherche, culturels et sociaux…

Vu le paysage politique français, on va attendre longtemps…

« Une bonne dose de démocratie »

À l’instar de Nicolas Demorand qui s’exclame ce matin (6 février 2008), avec verve et sa certitude habituelle, que la campagne des primaires américaines montre une « une bonne dose de démocratie », l’ensemble des médias français, toutes tendances confondues, n’a d’yeux que pour l’affrontement Obama / Clinton coté Démocrates, et Huckabee / McCain coté Républicains…

On vous donne le choix entre vous pendre ou vous tirer une balle dans la tête, vous n’allez pas dire qu’on vous empêche de vous exprimer !

Du côté des « grands médias », évidement, on ne pouvait s’attendre à autre chose, mais pour ceux qui ont fustigé, à juste titre, l’orchestration du débat de la campagne des présidentielles françaises par les services de communication du PS et de l’UMP, débat tronqué qui a servi à des prises d’otage telles que « voter Sarkozy, c’est être d’accord avec la ratification du mini traité européen par la voie parlementaire », ou « voter Royal, c’est approuver la privatisation des services publics » on aurait pu espérer un peu plus de recul…

Peut-être faut-il aussi y voir là aussi le résultat d’un lobbying des groupes républicains et démocrates dans la capitale française, où le suivisme et la consanguinité médias, « philosophes », services de com et partis politiques se révèle une fois de plus impossible à contredire.

Suite à un échange avec Philippe sur sa note du 5 février « est-ce que le pays est prêt pour élire un Noir à la Maison Blanche ? » je reprends ici mon argumentation :

Personne ne parlera par exemple de Ralph Nader, et des candidats verts (accusé par une partie de l’extrême gauche d’avoir fait perdre les Démocrates contre Bush) et des réflexions proposées par des penseurs de la société étatsunienne comme Chomsky ou Zinn qui sont beaucoup plus proches de la réalité du peuple américain, et qui soulignent brillamment que ce peuple caricaturé à loisir ici, a toujours été historiquement par défaut contre la politique impérialiste de son pays, pour une meilleure répartition des richesses, une réelle protection sociale publique mutualisée et la défense des libertés publiques, mais qui ne vote plus parce que ces questions fondamentales restent totalement absentes des mises en scène médias (médias dont il ne faut pas oublier qu’ils ne sont plus tenus à une quelconque obligation de temps de parole dans la campagne électorale).

Républicains / Démocrates ? Et les autres alors ?

Obama, présenté par les médias complaisants pour les Démocrates comme une sorte « d’héritier » de valeurs sûres telles que Marthin Luther King et JFK, reste d’une certaine façon un faux nez pour esquiver les vrais enjeux de la faillite de la société américaine :

– L’emprise, ou plutôt la préemption (!) de la richesse produite par les Américains, désormais gagées pour des générations par un couple Marchands de canons/Médias : la faillite et le surendettement de l’économie américaine auprès de créanciers dont le peuple américain devrait légitimement se préoccuper. Georges Bush annonçant un plan de 3,1 trillions de dollars visant à augmenter les dépenses militaires… C’est la fuite en avant. Ne posons pas la question : à qui profite le crime ?

– Faillite du libéralisme Reaganien (et au-delà) avec une paupérisation extrême de la société. Les USA de 2008, hormis quelques km carrés privilégiés ça et là, c’est l’Afrique de mon enfance, où l’on marche dans une rue aux façades cossues et en tournant le coin de la rue, on découvre les quartiers abandonnés alentours où s’affairent des survivants qui vivent de la débrouille et des petits boulots aux services de la classe dominante. Il ne faut pas oublier la Nouvelle Orléans, catastrophe symptomatique de la situation. Alors que justement c’est Mardi Gras, on ne va justement surtout pas parler de cela !

– Etc.

[…]

Bon c’est lassant, pas la peine d’en rajouter…

So Long French Pragmatism!

Dans un article intitulé « The French Connections » Paul Krugman revient sur la nécessité d’une approche régulée des marchés en prenant comme exemple l’état de l’accès haut débit en Europe, aux États-Unis d’A. et en France, et conclut :

“It’s too early to say how much harm the broadband lag will do to the U.S. economy as a whole. But it’s interesting to learn that health care isn’t the only area in which the French, who can take a pragmatic approach because they aren’t prisoners of free-market ideology, simply do things better.”

On aimerait se dire qu’il a raison, mais au vu des dernières élections et de l’idéologie du pouvoir qui est en train de se mettre en place, le pragmatisme ne fait plus partie de « notre » approche.

Énormes soupirs…

So the jig is up?

Well…

It’s bit like on this side of the ocean: Here, our so called conservatives have used the right-wing-real-world-serious-sensed-respectfull-patriarchal speech to hijack the democratic system and quickly dismantle, irreversibly, the last dams that would prevent globalized marketization to slam the remains of what was, a few years ago, still a nation, France.

They made it such a way that with rising debt and divesting of elected representatives by the untouchable and antidemocratic EU commission, we can just hope for the less… of the worse.

But that’s not the point.

Indeed, what are Democrats going to do now?

I don’t think they even want to do that, after all, business is business, but let’s dream a little. They can prosecute Bush & Co. as much as they want, investigate and reveal the truth on 911, find an honorable way to withdraw from Irak, Afghanistan, rehabilitate public health and education, invest in green industries and lead the world for a new round of sustainable development…

The Republicans made it anyway!

By putting into so much debt the US Nation towards the financial markets and the military lobbies, by devastating the world with hatred and exhilarated power strikes, the Bush administration plundering system has irreversibly disseminated the ill seeds (GMO, of course) worldwide to make the US, and most western countries, ongoing targets of thirsted for revenge and desperate human bombs…

Not only the financial markets own the US nation (land, production and resources), with a full control on the next generations’ wealth production through the Nation’s debt and breathless consumerism, but the military industries, the PMCs and homeland security officials will forever have good reasons to rise military and security spending as, at least, half of the human beings on this planet would be now glad to see the US and western countries being devastated by bombings, terror attacks, and plague.

wpid-20061108_WH-2006-11-9-07-36.jpg

Thank you so much guys for making sure that the future of our children will be a nightmare.

Who’s blind?

I used to read The Economist every week.

I used to read it, just like the Financial Times, because what is going on in the world matters to me, and I like factual data. But I’ve always been puzzled by the cynical dichotomy that exists between editorials (values) on one side, and facts (reports) on the other side.

It’s rather ironic to read the content of a magazine that years after years, describes with precision and without taboo the progression of extensive and total destruction of humanity and nature, as a direct result of ultra liberalism and it’s destruction of legal and social protections, and then reading the editorials and the front page…

wpid-Image4-2006-04-4-12-03.png

Who’s blind?

What is happening?

Remember the treaty:

The French, despite the tremendous and constant pounding of media in favor of the treaty, never giving any other arguments than “it’s inevitable”, “it’s modern”, “no is the voice of ultra nationalism” etc. In spite of all this, French discussed the actual content of the text, gathered all around the country in public meetings and on the Internet, where you could find lawyers, entrepreneurs, teachers, students, workers etc. in one word: people.

A real debate that neither the political parties nor the media would ever support, and that never actually took place on the front page of the media. So they decided… What the text wanted for them, they didn’t want. This is democracy. The French are probably the most pro European people of Europe! But they simply don’t want their everyday life to be ruled and governed in The City nor in Wall Street.

Today, the CPE:

Anyone who is interested in facts and data knows the CPE isn’t about opening the doors of businesses for the young unemployed giving more flexibility to “try them” or “explore and develop a market”. I had three employees and just laid them off a few months ago because I didn’t have the work for them anymore. I didn’t need the CPE for this, the CDI was fine.

The real question is ideological: it’s about gradually erasing the laws of the “Droit du travail” because the think tanks that have grabbed the seats of the Euro parliament and Commission want all the protections to be dismantled ASAP, in France as in the rest of Europe.

As long as the French were asleep, they didn’t pay attention on what was going on, hence why the CNE (same as CPE but for those over 26) just made his way through the parliament. For some reason (perhaps the Prime Minister was over confident when he said he will discuss and then didn’t) they started looking at what was going on…

The huge mistake of the past governments was simply to draw attention on the little “cuisine” that is being made in the back of the people. As soon as the French wake-up of their media dripped nap, they don’t behave like sheep.

Remember the 2002 Presidential elections:

Jospin didn’t have enough voters simply because the “peuple de gauche” had been discussing and debating on the future of France, and Europe, and had looked into what he and his comrades had actually done in their back. It wasn’t a question of charisma nor the irresponsibility of left wing candidates…

They were looking for a new leader who would speak their ideas. He wasn’t that one. Plus, everybody knew the PS (that still denies and doesn’t amend itself) had betrayed it’s voters and it’s allies by vouching for OMC immoral but profitable agreements, or other agreements such as Lisbon Agreements of 2000 (that gave birth to the CNE, the CPE and other joys of liberalism praised by neocons).

It’s the exact opposite of what some bore are stating all day long: when the French grab a problem, they explore it extensively, they analyze it and they take a matured decision. It’s too bad that they don’t actually do that more often: most of the year, the majority of French are sleeping in front of their TV, lulled by the voice of media lying at the feet of Lagardere, Pinault, Bouygues and Co.

Actually, French like to work, they are very productive (probably because for decades they were quite well brain powered by public education, they could concentrate on their duties without having to fear for their kids, their house, their security and their health). And because they do their work well and are productive, they simply think that work is not all, and that once the work’s done there is a life.

The question here is simple: it’ about the values of a society. It’s about Polis.

The only “chance” to stop the protesters and the takeover by a moribund PS now is that Sarkozy manages to fool the French people by diverting it’s attention on side tracks, or lure the people on another subject. If it works, as the addiction to intellectual laziness remains strong, the government will be able to go on…

Against… Who?

Objet :         Rép : petition against the war

Date :         7 mars 2003 11:28:17 HNEC

Though I am a “fiercely” opposed to war -or any form of violence- I’m not quite sure that standing against Bush is the good idea for the future of human kind. I abhor Bush and I believe he is one of the worst man -even “evil” in his own terms- that has been in charge at the White House. …

My emotions and beliefs have been strongly challenged and finally betrayed, once again, during last presidential elections in France. Though I knew Chirac was not the right man, he got elected including my voice because we all got betrayed, and he knew it right from the start.

Bush and Saddam both know what the story is going to be, and I find it hard to add my voice and will to those of these leaders who actually made Saddam. France and Germany sold weapons, and all the technical tools and training required to develop and process nuclear, biological and chemical weapons. Even the US sold and trained him weapons. If only Saddam was the only one they made… There are many things people in western countries don’t know about who’s doing what, and I’d be putting my family’s life at risk by talking about it.

_ Right now, the “game” Bush is talking about is anything but what we all hear about. Standing against Bush and His war is as bad as supporting Russia’s, China’s, France’s, Germany’s and other leaders…

Remember Algeria, Indochina, Chechnya, Bosnia, Afghanistan… And the list goes on. Who cares about Palestine and Chechnya ? French, or german people ? They could not care less! One single child dying in Palestine’s occupied territory should be enough to move those hundreds of thousands of petitioners to stand in front of Sharon… Do they ? Hundreds of children are dying in Palestine. Who’s standing? And what about the other children, all around the world?

When Bush’s “game” will be over, with, or without a war, we will all have a terrible hangover: everything will be the same.

Maybe I’ll join that list, maybe not. When I feel like doing so, I can’t help thinking about those who died mutilated and tortured in Saddam’s prisons, the children starving or dying because of the lack of medical care in Irak are watching us. So are the children in Chechnya, and Palestine, and Cameroon, and Ivory Coast, and Congo, and Tibet, and China, and Argentina, and etc… I have seen too much of this to ignore…

Living on this planet is a nightmare.