La morale « décomplexée »

Un des sujets récurrents lorsque l’on débat de problèmes de sociétés avec ceux qui ont joyeusement voté pour N. Sarkozy, c’est celui de la « morale ».

wpid-clip_europe2TV_2-2007-08-9-00-09.jpg

Par exemple, ça revient souvent quand on évoque le rôle des parents dans une société ou les valeurs de la jeunesse seraient de plus en plus décadentes

Dans ce genre de discussions, on note une prise de distance rapide des Sarkozystes revendiquant une morale conservatrice, dès que l’on évoque le consumérisme effréné, la folie des marques, la précarisation des adultes, l’injection massive d’ordures télévisuelles et radiophoniques dans les cerveaux sans cesse plus disponibles d’enfants — et tout particulièrement l’offensive commerciale massive auprès des très jeunes, des études ayant montré qu’implanter les marques dans les cerveaux des enfants de moins de cinq ans favorisaient une image positive de la marque durant toute la vie du futur consommateur.

wpid-pub_kids_5-2007-08-9-00-09.jpg

Bref. Pour les Sarkozistes, les problèmes de comportement sociaux à l’école et dans la vie sont dus à de la mauvaise graine qu’il faut éradiquer de la société, à des valeurs décadentessurtout celles issues de mai 1968, et évidemment celles de gauche, etc. en évitant soigneusement d’aller jusqu’au bout du raisonnement : à qui profite la vente de la médiocrité ?

Qui pousse la société dans ce sens ?

Hé oui ! C’est facile d’aller dire que les mômes sont de plus en plus violents et irrespectueux et que c’est sans aucun doute dû au laxisme de parents défaillants et indignes (de recevoir les aides sociales ?) poussés en ce sens par les valeurs décadentes de la gauche et sa culture de l’assistanat, etc. ; plutôt que de s’intéresser aux valeurs abjectes que l’on vend à des « consommateurs » de plus en plus jeunes, et des conséquences que cela peut avoir sur leurs comportements citoyens, et d’une manière générale, sur l’évolution des mentalités de la société.

wpid-tf1.fr-2007-08-9-00-09.jpg

De fait, dès que l’on aborde cette question et que l’on creuse, ces parangons de la morale se réfugient derrière la liberté de choix, de consommation, le libre arbitre en somme, qui ne serait, bien évidement, réellement permis que dans une société enfin libérale : « s’ils consomment de la merde (et donc aussi en crèvent), ou se laissent influencer, c’est de leur faute ». (En discours gauche Casa, ça se traduit par « salauds de pauvres ».)

Pourquoi fuient-ils ce débat ? Tout simplement parce que ça remettrait en cause leurs choix de société, leurs soi-disant valeurs, et pour beaucoup, les modèles économiques qu’ils défendent et leurs emplois, valeurs boursières et autres portefeuilles de rentes !

wpid-pub_kids_4-2007-08-9-00-09.jpg

Dès le berceau, les enfants baignent dans une soupe télévisuelle, avec des personnages amicaux qui leur vendent des céréales pleines de pesticides, des yaourts aux parfums de synthèse, des barres sucrées pleines de sirop de glucose, sirop de céréales, imbibées d’additifs de toutes sortes, des graisses végétales hydrogénées, de la « musique » de synthèse préformatée etc.

wpid-pub_kids_2-2007-08-9-00-09.jpg

Dès trois ans, les mômes se retrouvent dans les rayons des grandes surfaces à hurler qu’ils veulent les jouets des boîtes de céréales aux OGM, les peluches, les jouets, les habits et tous les sous-produits de leurs héros télévisuels, pleins de phtlates, de PVC, d’alkylphénols et autres paraffines chlorées

« Morale » disent-ils ?

wpid-msn-2007-08-9-00-09.jpg

À la préadolescence, nos enfants sont inondés d’images et de sons, toujours par les mêmes médias, qui les invitent à adopter des tenues vestimentaires, des comportements et des codes sociaux hypersexués : maquillages, jupes « ras la touffe », nombril affiché, pantalons taille basse, décolletés, bijoux et tatouages du même style que ceux que portent les adeptes de percieng, etc.

wpid-clip_mcm_1-2007-08-9-00-09.jpg

Pour des femmes, on peut trouver ça plaisant, débile ou amusant, en revanche, voir des gamines de douze ans, en pleine formation et éveil sexuel, prendre des poses suggestives dans des tenues très légères et maquillées avec des lèvres luisantes… Ça a profondément le dont d’être énervant.

C’est obscène, dans le vrai sens du terme. Et où vont-elles chercher tout cela ?

wpid-clip_mcm_3-2007-08-9-00-09.jpg

Imitent-elles les adultes ?

Non ! Ce sont en premier lieu des adultes, spécialistes de communication et de marketing, qui leur concoctent des plans médias sur mesure pour leur matraquer et leur vendre stars, musique, fringues, malbouffe et autres produits…

Et pour qui bossent ces adultes, pour le coup réellement et dangereusement irresponsables ?

wpid-clip_europe2TV_1-2007-08-9-00-09.jpg

Quand N. Sarkozy déclare que la France se porterait mieux avec davantage de personnages comme Bolloré, salue les grands travailleurs (!) que sont ses amis (Bouygues, Bolloré, Lagardère, etc.) j’ai du mal à me ranger à son avis lorsque je zappe sur Direct 8, que je regarde les programmes parsemés de publicités de TF1, de TiJi et autres chaînes destinées à la jeunesse comme les chaînes musicales, M6, Europe 2 TV, les radios telles que SKY, NRJ et tous leurs sites Web ciblés pour les jeunes qui font de la pub systématiquement pour des sites de rencontre, et tous les magazines en papier glacé qui dégoulinent des rayons presse magazine…

wpid-clip_mcm_2-2007-08-9-00-09.jpg

Soutenir Sarkozy, cette droite décomplexée à la morale à géométrie variable, c’est aussi trouver tout ça très bien, c’est approuver cette façon de faire du fric, de valoriser son portefeuille d’actions !

Chacun sa définition de la morale

wpid-bolore_direct8_splash_3-2007-08-9-00-09.jpg

P.-S. : Je ne sais pas vous, mais quand j’arrive à la fin de cette note, j’ai la nausée…

Françafrique : en attendant le Messie

Nicolas Sarkozy, 6 mai 2007 :

« La France sera au côté des infirmières libyennes enfermées depuis huit ans. »

Dont acte. Bon, pendant que tout le monde se focalise sur des arrangements politico-diplomatiques et les effets d’annonces de la famille Kadhafi qui sait visiblement très bien exploiter un calendrier, que se passe-t-il ?

Et bien plus rien. Pardi. Circulez, y’a rien d’autre à voir !

La presse qui s’ennuie et la « gauche de gouvernement » jouent les coquelets en dénonçant madââââme ces tractations innaceptaaaables autour de ces pauvres bulgares…

À l’UMP, on doit rigoler à s’en faire péter les côtes ! Surtout, regardons bien tous dans la même direction…

Pendant ce temps, on ne parle plus de ça, ni de ça, et encore moins de ça

Si certains, à l’instar d’Antoine Glaser* dans Africa International n° 410 (mai-juin 2007), s’empressent de mettre en avant la perte d’influence de la France en Afrique face à la présence croissante de la Chine, des Etats-Unis d’A. ou d’autres pays européens ; ou encore pointent le changement de style à l’Elysée, il ne faut pas se méprendre : les intérêts des groupes français en Afrique restent trop importants pour que N. Sarkozy touche à quoi que ce soit. Il n’en n’a dailleurs sans doute jamais eu l’intention, sinon, il ne serait jamais arrivé à ce poste.

Mauvaise langue, odieux procès d’intention ?

Il y avait un article intéressant dans le Jeune Afrique n° 2427 (15-21 juillet 2007)…

Morceaux choisis :

« […] 9 juillet […] Denis Sassou Nguesso reçoit dans sa suite de l’hôtel Meurice, à Paris. Coïncidence : son gendre Omar Bongo Ondimba, président du Gabon, est également présent dans le même palace de la rue Rivoli. […] Dans l’ascenseur, on a pu ainsi croiser ces jours-ci les ministres français Michèle Alliot Marie, Bernard Kouchner, Brice Hortefeux, Jean Marie Bockel, le secrétaire général de l’UMP Patrick Devedjian, le secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant, mais aussi Christophe de Margerie de Total et même Bernard Tapie. Rien n’a changé, en somme, par rapport aux « années Chirac », […] les présidents congolais et gabonais […] sont toujours aussi courtisés par une classe politique française qui, toutes tendances confondues, sait où se situent ses intérêts — sans compter les hommes d’affaires. »

Petite piqûre de rappel, Nicolas Sarkozy, 6 mai 2007 :

« Je veux lancer un appel à tous les Africains, un appel fraternel pour dire à l’Afrique que nous voulons l’aider. […] À tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies, par les dictatures, je veux dire à tous les enfants à travers le monde à toutes les femmes martyrisées dans le monde, je veux leur dire que la fierté et le devoir de la France sera d’être à leur côté. »

Bongo, Sassou… Des exemples de démocratie et de droits de l’homme.

Et non, bien sûr, la France n’a aucun intérêt en Afrique…

Ça, pour être décomplexé, c’est décomplexé…

wpid-kouchner_sassou-2007-08-4-14-49.jpg

* Article intitulé : « La France sera la madeleine des africains »

À l’abordage !

Pendant des années j’ai régulièrement acheté The Economist, un hebdomadaire britannique particulièrement bien renseigné, mais aussi, et surtout, un porte-drapeau international très influent de « l’ultra libéralisme ». Je ne me suis jamais résolu à m’abonner, j’avais du mal à me faire à cette idée de cofinancer un point de vue aussi cynique et élitiste, version policée du monde selon Rupert Murdoch

Les années passent, vivre loin de la ville et des kiosques à journaux me font de plus en plus réfléchir sur le sujet. Si je n’ai aucune hésitation à m’abonner au Plan B, à CQFD ou à d’autres publications (Politique Africaine, Harper’s ou The Nation etc.) j’ai encore beaucoup de mal à me résoudre à soutenir malgré moi les spin doctors, qu’ils soient français ou d’ailleurs.

Il en est un qui est né en France il y peu, et qui tend, comme The Economist, mais en beaucoup plus médiocre, à aboyer sur tout ce qui peut représenter une forme de solidarité, de justice sociale, de services publics, le filet de bave aux lèvres : Challenges.

D’ailleurs l’apparition de cet hebdo n’est-elle pas à la montée de la « droite décomplexée » incarnée par la garde rapprochée de N. Sarkozy, ce que la poussée d’acné est à la montée d’hormones des ados ?

Bref, mettant quotidiennement en application le leitmotiv de Gilles Balbastre : « nommer l’ennemi », je suis souvent avide des médias utilisés par nos adversaires, pour décrypter les discours, la désinformation et les mensonges de la « volaille qui fait l’opinion ». J’ai bien TF1 et M6, ou encore Direct 8, BFM etc., mais niveau presse, mes rares déplacements à la ville ne me permettent pas de suivre avec assez de régularité « l’état de la France » selon ces petits soldats de la mondialisation heureuse.

wpid-arbeit_macht_frei-2007-08-1-10-00.jpg

Arrivée dans ma boîte aux lettres via le fichier des gérants de sociétés (dirigeants préfèrent-ils car c’est un mot qui émeut jusqu’à l’orgasme ces oxyures), une proposition qui dans l’optique susmentionnée, a eu de quoi éveiller mes sens toujours en alerte :

« L’économie s’accélère. Elle est chaque jour plus présente dans notre vie […] émergence de la chine, mondialisation des échanges […] évolution des marchés financiers et de l’emploi…

[…]

Chaque semaine, nos journalistes, nos experts : Patrick Artus […] Christian de Boisseau […] Michel Pébereau […] nos éditorialistes : J-M. Colombani, J. Boissonnat, R. Soubie et nos analystes financiers vous permettent, par leurs regards croisés de décoder les nouveaux enjeux économiques.

[…]

Avec une maquette élégante CHALLENGES vous fera découvrir tous les acteurs qui marquent la vie des affaires […] conquièrent des marchés.

[…] Au plaisir de leur lecture s’ajoutera la certitude d’être au courant des faits qu’il ne faut pas ignorer. »

wpid-abochallenges-2007-08-1-10-00.jpg

Devant une telle débauche d’arguments si pertinents, si inattendus, si puissants, si novateurs…

Comment résister ?

Soyons fou. Je me suis abonné…

À l’abordage !