Le Pays des Hommes Intègres

Parce qu’à l’heure où j’écris ces lignes, le Burkina Faso traverse de nouveau des heures troubles, je ne peux que vous inviter à vous pencher sur l’histoire de ce pays.

Triste événement qui m’offre l’occasion de remettre ici mes docs en cours de tri. Je vous invite donc à écouter et regarder des émissions sur le Burkina Faso et la françafrique, c’est la seule chose que je puisse faire…

wpid-burkina-mitterand-2015-09-16-22-391.png

Documentaire vidéos :

Thomas Sankara, l’homme intègre

De : Robin Shuffield – 2006

http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/Doc-Burkina-ThomasSankara-LHommeIntegre.m4v&arve

——

Emissions Radio :

L’Afrique enchantée (France Inter)
Soro Solo & Co

wpid-AFREN-2015-09-16-22-39.png

– Se souvenir de Sankara 55:32
Émission du 12/10/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20141012-SeSouvenirDeSankara.mp3″]

– Nicolas Sarkozy l’Africain 55:57
Émission du 13/05/12
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/AFREN-20120513-NicolasSarkozyLAfricain.mp3″]

Rendez-vous avec X (France Inter)
Patrick Pesnot

wpid-RVX-2015-09-16-22-39.png

– Burkina Faso : Thomas Sankara
Émission du 23/02/2001
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20010223-BurkinaFassoThomasSankara.mp3″]

– Burkina Faso : Blaise Compaoré, l’ex-putschiste détrôné 37:37
Émission du 29/11/14
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/RVX-20141129-BurkinaFasoBlaiseCompaoreExPutschiste.mp3″]

Culture Monde (France Culture)
Florian Delorme

wpid-CMONDE-2015-09-16-22-39.png

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (1/4) – Retour sur une insurrection populaire exemplaire 52:49
Émission du 02.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-15-Retour sur une insurrection populaire exemplaire.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (2/5) – Une transition politique sous tension 52:53
Émission du 03.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-25-Une transition politique sous tension.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (3/5) – La jeunesse et le culte de Thomas Sankara 53:13
Émission du 04.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-35-La jeunesse et le culte de Thomas Sankara.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (4/5) – Les chemins du développement 52:04
Émission du 05.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-45-Les chemins du développement.mp3″]

– Burkina-Faso: L’An I de la révolution (5/5) – Le Burkina face au terrorisme 53:46
Émission du 06.03.2015
[fvplayer src=”http://silva-rerum.net/medias/files/Burkina/CMONDE-Burkina-Faso-55-Le Burkina face au terrorisme.mp3″]

Et aussi :

Les Enjeux Internationaux (France Culture) – Burkina-Faso. Les premières leçons politiques et régionales de la chute du président Compaoré 12:07

Émission du 24/11/14

éclectik « embedded »…

éclectik est une des rares émissions radio, avec L’Afrique Enchantée et Des Sous et Des Hommes*, qui me donnent envie de me poser et de l’écouter tranquillement, parfaitement — pas béatement toutefois…

Comme son nom l’indique, elle est éclectique, et nous amène parfois à la rencontre de personnages auxquels on ne s’intéresserait pas forcément de soi-même, ou qui nous permette de rencontrer ceux auxquels on s’intéresse déjà… Plus encore, elle sait allier un temps posé de l’interview, du dialogue, de l’écoute et de l’expression, presque intime, mais jamais déplacé, avec le temps de l’actualité, avec des regards parfois incisifs, des digressions… Je l’ai toujours enregistrée pour pouvoir, même des mois après, me poser et l’écouter tranquillement, ou l’écouter et l’écouter encore sur la route.

éclectik, c’est ma gourmandise en somme. Chacun la sienne.

C’est étrange, en regardant le portrait d’Emmanuelle hier soir sur Arte, dans l’émission Métropolis, dont une partie a été tournée à la maison, ça m’a fait un drôle d’effet de voir mes photos intégrées dans le document, et ce n’était pas d’avoir vu mes photos « à la télé » qui m’a fait cet effet-là, pas du tout, j’ai même détesté le fait d’être filmé en train de préparer le déjeuner pour l’équipe de tournage et Emmanuelle ; non, c’était d’entendre la voix de Rebecca Manzoni parler et de voir ces photos, parce que certaines d’entre elles sont véritablement, affectivement, imprégnées d’éclectik, avec sa voix, justement.

wpid-EMBEDDED_ECLEC_2-2009-10-11-10-20.jpg

Par exemple, j’amenais Lola, puis Paul, le matin à l’école, en traversant le plateau dans la burle, le soleil, la pluie, le vent, la brume ou tous ces éléments à la fois, tout en écoutant éclectik. J’ai fait certaines photos, j’ai tourné certaines séquences, avec en « fond sonore » éclectik qui me donnait du recul par rapport à la situation, et la situation qui me donnait du recul par rapport à l’émission, un aller-retour intérieur très émouvant, très riche. Entendre les chroniqueurs africains parler des pays de mon enfance révélait en moi la blessure de l’absence, du manque de l’Afrique, et donnait encore davantage de relief au décalage entre mon désir d’Afrique et ma présence physique dans un environnement si différent.

wpid-EMBEDDED_ECLEC_1-2009-10-11-10-20.jpg

Souvent le matin, la beauté du paysage, la rigueur des éléments se nourrissaient de la voix de Rebecca qui en retour, se posant de manière parfois si décalée sur mon environnement, devenait encore plus prégnante, plus enveloppante. Et là, le mot qui va bien, c’est « justement »…

wpid-EMBEDDED_ECLEC_3-2009-10-11-10-20.jpg

Bref. Quand, à la fin de l’interview de Vincent Lindon, ce dernier dit « ça m’a fait très plaisir », et que Rebecca Manzoni lui répond « moi aussi », on a spontanément envie d’ajouter « moi aussi ».

Les Chroniqueurs africains me manquent énormément, mais bon…

Comme je l’ai écrit dans la note précédente, j’ai profité de l’agression récente contre le site pour mettre à jour le contenu, j’ai donc mis à jour les pages de mes archives audio, avec la plupart des émissions d’éclectik dont je dispose (il reste du travail sur la saison 2008/2009).

* Maintenant remplacée par J’ai dû louper un épisode.

[edit: 09/2015]

Esprit critique ?

Jeudi 23 avril, Guillaume Erner * hagiographe d’Arielle Dombasle, elle-même interrogeant Alain Finkielkraut, Bernadette Chirac… C’est à se demander si Philippe Val n’a pas pris les rênes d’Inter !

Plus sérieusement, le degré zéro d’autocritique d’Arielle Dombasle dans son album et dans la justification qui l’accompagne rejoint celui de son compagnon dans l’hagiographie qui lui a été consacré : « La Déraison dans l’Histoire », documentaire absolument hallucinant consacré à Bernard-Henri Levy commis par Eric Dahan. À regarder sans retenue jusqu’à l’écœurement.


© FRANCE 5, INTENSER Continuer la lecture

Révisionnisme

Extrait du Petit Robert :

révisionnisme [YevizjCnism] n. m.

• 1907; de révision, d’apr. le russe

Position idéologique préconisant la révision d’une doctrine politique dogmatiquement fixée. Voir : réformisme. Le révisionnisme poststalinien, dans les partis communistes.

(v. 1985) Position idéologique tendant à minimiser le génocide des Juifs par les nazis, notamment en niant l’existence des chambres à gaz dans les camps d’extermination. Voir : négationnisme.

Dans l’émission « J’ai mes sources » du lundi 20 avril 2009, la « journaliste » Colombe Schneck (je mets des guillemets sciemment), présente et participe à une discussion autour de la chronique de Pierre Langlais qui parle d’un des héros de la série « Rescue me » qui défend l’idée d’un « Inside Job » concernant les attentats du 11 septembre 2001…

Dans son introduction du sujet et dans ses propos, Colombe Schneck utilise le terme « révisionniste » pour qualifier ceux qui parlent d’un complot intérieur à propos des attentats. Il ne fait aucun doute que pour Colombe Schneck, ce n’est pas à la première des définitions de « révisionnisme » présentées ci-dessus qu’elle fait référence, mais bien de la seconde : cette « position », pour le moins polémique, défendue par nombre d’états-uniens, est de manière générale systématiquement présentée comme douteuse, stupide, fascisante, insupportable dans les médias traditionnels.

Douteuse ? Soit !

Personnellement, je ne me sens pas le droit de dire quel est le vrai du faux. Je ne suis pas journaliste.

En revanche, un « journaliste » qui présente un point de vue différent de la doxa et qui l’assimile directement au révisionnisme, hors de toute question liée à la Shoah, ne me semble tout simplement pas acceptable. En réalité, je suis sur internet les différents développements de cette thèse depuis qu’elle s’est fait jour, et je me contente d’écouter, de lire et de regarder les arguments présentés par les différents « partisans » de la théorie du « complot intérieur » et si la plupart de leurs arguments me paraissent grossiers, quelques-uns mériteraient quelques éclaircissements… J’attends avec impatience des contradicteurs offrant des arguments construits et étayés.

Quand on ne craint pas ses adversaires, ou ses contradicteurs, on n’a pas peur de débattre.

J’aurais cru que le rôle d’un journaliste était de permettre au débat d’avoir lieu, de présenter les faits et éventuellement les différents points de vue.

Pour Colombe Schneck donc, quelqu’un qui n’est pas d’accord avec elle est un « révisionniste ».

Ça laisse songeur.

Oui mais…

Anne Cécile Robert* a publié un article qui ouvre un certain optimisme sur l’Afrique.

L’Afrique est peut-être en passe de vivre un tournant, un espoir pour une seconde et réelle indépendance ?

“ Au-delà de la bienveillance carnassière de la « communauté internationale » ”

Ça ne vous paraîtra pas forcément évident de faire le lien comme cela, mais il m’est impossible d’éviter d’aller dans cette direction…

Compte tenu de la malédiction du pétrole ainsi que des formidables ressources minières, il y a de bonnes raisons d’être sceptique. D’autant que réfléchir sur le devenir de l’Afrique et regarder en face la réalité de ce qu’il s’y passe permet de voir dans le miroir la réalité des mécanismes qui nous gouvernent, notamment ici, dans notre patrie des droits de l’homme

Il suffit d’abord de considérer que l’occident a toujours joué des coups d’État, de la manipulation et de l’oppression par des dictatures en tirant les ficelles depuis le cœur même de nos grandes institutions démocratiques. Outre la contradiction entre la réalité des politiques étrangères menées par nos dirigeants et leurs discours démocratiques, nous savons aussi, même si nous feignons encore de l’ignorer tant cette réalité est dure à affronter, que ces méthodes finissent par s’appliquer à nos propres peuples.

Aux États-Unis comme en Europe, alors que l’on a, en apparence, les mécanismes de la démocratie, la réalité du pouvoir et des prises de décision échappe finalement aux peuples pour se retrouver concentrée aux mains de quelques hommes d’affaires, de quelques familles et professionnels des appareils de partis.

Même au sein de l’Europe, la soi-disant grande maison commune, nous n’avons aucune raison de nous sentir « à l’abri » : parce que ses institutions se sont quasiment exclusivement constituées, au détriment de tout le reste, autour de la loi du marché, avec une mise en concurrence acharnée et contre-productive pour les classes populaires, les fruits de sa prétendue « croissance » se sont retrouvés finalement toujours concentrés aux mains des mêmes.

Et non, nous ne sommes pas à l’abri de « guerres » ou de très difficiles lendemains parce que là où les déceptions des populations grandissent, s’affirment jusqu’à l’écoeurement, c’est la logique de la peur, de la pression et des aspirations réactionnaires qui reviennent en force.

Au rythme où vont les choses, l’Afrique pourrait, au prix d’énormes efforts pour se débarrasser de ses parasites, se retrouver dans une position certes améliorée, mais en ayant en face d’elle un occident en proie à des convulsions nationalistes et autoritaires, sous le joug de pouvoirs manipulant les valeurs sécuritaires, et méprisant la vie privée et les droits les plus fondamentaux au non même d’une vision bien cynique de la démocratie.

La gronde des laissés pour compte de l’Europe libérale va en s’amplifiant, notamment à l’est avec les déceptions engendrées par le passage d’une économie planifiée misérable à une économie libérale qui a explosée, mais au profit des mêmes apparatchiks.

Le prochain Hitler, le prochain Mobutu, le prochain Saddam, le prochain Franco, le prochain Mussolini, ces marionnettes mises en place par les éminences grises, arrivera aussi sûrement à l’Élysée ou dans une autre de nos prétendues démocraties européennes que dans un pays dit « du sud ». Nous en avons un exemple tellement énorme qui nous toise depuis l’autre côté de l’atlantique que nombre d’entre nous feignons de ne pas le voir.

Il n’y arrivera pas par un coup d’État à l’ancienne, mais en usant de toutes les ficelles de la manipulation que les « think tanks » et les « spin doctors » grassement payés par les grandes familles lui mettront à sa disposition, en surfant sur une vague populiste grossièrement créée et savamment orchestrée

À l’heure ou en France on célèbre les justes, à l’heure ou on salue le combat de l’abbé Pierre, les listes de ceux qu’il faudra surveiller, voir venir chercher en premier, sont déjà prêtes…

Paranoïaque ? mmmhhh…

L’Histoire n’est pas juste une affaire de spécialistes penchés sur le passé.

Jusqu’à quand allons-nous dormir ?

*Sa dernière intervention dans « Là-Bas » dans la série « Autour du Diplo » du 9 janvier 2007 condense en quelques mots ce que j’essaye de bafouiller dans mes notes et c’était vraiment une bouffée de cohérence salutaire.

P. S. : Pour ce qui concerne les programmes des partis, nous sommes assez intelligents, j’espère, pour lire entre les lignes des programmes leurs contradictions intrinsèques et grossières, et d’en tirer les conséquences.

Si je ne me place que du point de vue du petit patron que je suis — qui bosse à l’export, sans aides publiques, sans marchés publics, etc. — j’ai toutes les raisons d’être terrorisé (!) par les programmes portés par les partis dits de droite. Et si le parti du centre semble aller dans une direction qui lui est propre, il ne faut jamais oublier qu’il s’est toujours démarqué de ses amis de droite pendant les campagnes pour finalement s’y rallier en dernier ressort.

Quant aux partis dits de gauche, ils sont carrément largués, mais ça, c’est une autre question.

P. S. 2 (07/02/07) : J’ai mis un lien dans cette note vers un site : http://www.syti.net/ sur lequel on trouve pas mal de notes avec un point de vue argumenté… Las, je n’en partage pas totalement tous les points de vue, notamment sur les « maîtres du monde ». Plutôt que le complot, ne serait-ce pas la fuite en avant éperdue d’un système dont la propre incohérence et la médiocrité ont provoqué un effondrement généralisé qui entraîne tout sur son passage…

éclectik : Vincent Delecroix

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 1er décembre 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20071201-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

C’est réjouissant d’entamer la lecture d’un livre qui commence par : « J’ai un doute, tout de même ».
Ce livre s’intitule La chaussure sur le toit et son auteur s’appelle Vincent Delecroix.
On y croise 10 personnages. Et tous ont une histoire à raconter au sujet d’une chaussure… qui a échoué sur un toit, parce que se raconter des histoires est peut – être le truc le plus important dans la vie.
Et ces histoires, c’est comme des contes de fées qui foirent. Il y a une gamine qui croit aux anges, un homme qui est certain de l’existence de Cendrillon ou des cambrioleurs à la petite semaine qui se prénomment Philoctète, Néoptolème ou Ulysse. Il y a tout ça dans La chaussure sur le toit, du quotidien, de la philosophie et de la mythologie.
On y lit surtout des mots qui trouvent leur place, précisément là où on ne s’y attend pas.
On sort de ce roman triste et léger. Et c’est précisément ça qui est bon j’crois.
Pour la première heure EclectiK ce matin, j’ai donc résolu de vous faire partager une conversation avec Vincent Delecroix.

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Thomas Chauvineau consacre son journal de bord à la franchise médicale en ce samedi 1er décembre, journée mondiale contre le sida.
“les franchises médicales ça vous dit quelque chose ? au premier janvier prochain, tous les malades devront payer 50 cts d’euros sur chaque boite de médicaments. et aujourd’hui, samedi premier décembre, les malades du sida, évidemment grands consommateurs tiquent quelque peu…
Manuel est séropositif depuis 1986. il a 51 ans. il vit à Lille.Chez lui il y a une machine à café qui glougloute, une toute petite pendule qui fait “tictac”, et un chien qui ronfle…
quand j’y arrive, Manuel m’accueille avec dans une main un mug de café fumant, et dans l’autre, une ordonnance…

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Guillaume Erner a composé une revue de presse du pire sur des campagnes publicitaires qui lui créent les plus grands tourments

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
De la France, le monde entier connaît surtout Paris. Il y a deux ans, le monde entier entendit parler de Clichy sous Bois. Et cette semaine, il fut question de Villiers le Bel. Joëlle Meskens s’est rendue là bas pour son journal, « Le Soir » de Bruxelles. Et à partir de 11h, elle fera un parallèle entre Villiers le Bel et ce qui s’est passé dans les banlieues belges il y a à peine un mois.
Michel Dolbec en a marre de l’invasion du « tu », TU, tandis que recule le « vous », pronom pas encore désuet et souvent délicat.

Programmation musicale
        > Françoise Hardy : Comment te dire adieu
        > Wax Taylor : The man with no soul
        > Aretha Franklin : I say a little prayer
        > Tiken Jah Fakoly : africain à Paris
        > Bernard Lavilliers : stand the ghetto
        > Amy Winehouse : you know I’m no good
        > Katerine : imbécile
Livre
Vincent Delecroix
La chaussure sur le toit
éditeur : Gallimard

éclectik : Wong Kar-Waï et Jean-Pierre Marielle

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 24 novembre 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20071124-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Dans l’EclectiK d’aujourd’hui, il y a des baisers.
Un baiser sur un comptoir de bar à New York.
Et un baiser sous les platanes à Paris.
Dans l’EclectiK d’aujourd’hui, il y a de la musique parce que les deux invités sont des mélomanes.
Le premier est né à Shangaï. Vit à Hong Kong et a réalisé un film aux Etats – Unis “My Blueberry Nights pour la toute première fois. C’est Wong Kar Waï.
Le second est né à Dijon. Vit à l’Ouest de Paris et figure au générique de 2 films : « Faut que ça danse ! » de Noémie Lvovski. Et « Ce que mes yeux ont vu » réalisé par Laurent de Bartillat.
La première heure EclectiK, c’est donc une rencontre avec Wong Kar Waï d’abord et avec Jean- Pierre Marielle ensuite.

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Pour son journal de bord, Thomas Chauvineau s’est intéressé à un documentaire qui a failli être interdit.
Un documentaire qui montre les coulisses de l’émission de TF1 « Y’a que la vérité qui compte ». Un journal de bord radiophonique exceptionnellement consacré à la télé.

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
La revue de presse du pire de Guillaume Erner est dédiée à l’état de la gauche française et c’est pas brillant, comme vous savez.

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
aujourd’hui Zyad Limam vous parlera des « volutes de fumée » lorsqu’on tète un narguilé.
David Page revient sur les grèves…Mais celles des scénaristes à Hollywood afin de se lancer dans une analyse comparée entre le syndicalisme à l’américaine et le syndicalisme à la française.

Programmation musicale
        > Brigitte Fontaine : les filles d’aujourd’hui
        > Otis Redding : try a little tenderness
        > Morley : call on me
        > Thomas Fersen : le bal des oiseaux album : Gratte moi la puce : best of de poche
(Tôt ou tard)
        > Cat Power : naked
        > Stephan Eicher : pas d’ami (comme toi)
Disque
BO du film de Wong Kar Waï
My Blueberry Nights
label : Blue Note

Lien
My Blueberry Nights : le site

éclectik : Annie Ernaux

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 9 février 2008

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2008/20080109-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

L’invitée de la première heure EclectiK est un grand écrivain. Pardon mais je n’ai pas trouvé meilleure phrase pour vous dire et partager sa dimension. Et j’affirme ça d’autant plus aisément qu’elle n’est pas dans ce studio.
Annie Ernaux est un écrivain qu’on étudie dès le lycée. Et ça l’ennuie copieusement parce qu’elle se dit : « les jeunes vont trouver mes livres chiants sans y revenir après ». Mais si, je vous assure qu’on y revient Madame.
Annie Ernaux vient de publier un livre qu’elle a intitulé Les Années. C’est une plongée dans la vie d’une femme de 67 ans. On parcourt les années 40, 50, 60, jusqu’à nos jours entre la mémoire de cette femme et la mémoire de tous. Une mémoire faite de petites choses très précieuses comme une chanson, un mot, un désir, une foule de sensations. Une mémoire qui ne cède jamais à la nostalgie ni à l’attendrissement. Il n’y a pas de chapitres dans Les Années et le livre coule comme un flot.
J’avais rendez – vous hier avec Annie Ernaux. Et comme à chaque fois que vous rencontrez quelqu’un, après le bonjour et le ça va, vous avez un peu le trac pour commencer avec la bonne phrase.
Diffusion de l’extrait du documentaire de Dominique Gros : “Simone de Beauvoir, une femme actuelle.” (Collection Monographie d’écrivain-Simone de Beauvoir-3 films)

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
D’habitude on parle de spectacles qui viennent se jouer à paris…et bien aujourd’hui, je vais vous parler de spectacles qui vont se jouer à boulazac dans le Périgord, à 6051 habitants, à étang sur arroux en saone et loire, 1640 habitants… oui encore loughcrew en Irlande…alors ne me demandez pas le nombre d’habitants, je n’ai pas trouvé… La compagnie qui joue ces spectacles s’appelle footsbarn travelling theatre, et donc, comme son nom l’indique, elle voyage … Ils ont des caravanes, un chapiteau, des genres de mobil home et d’ailleur quand j’arrive, je vois un homme penché sur le moteur de ce qui semble être un bus aménagé…

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Pour la revue de presse du pire Guillaume Erner vous propose un remake des films Taxi 1, 2 et 3 avec Jacques Attali dans le rôle de Sami Nacéri.

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Le reportage d’Antoine Ly
Antoine Ly a rencontré cette semaine Mohamed Benchicou, journaliste et écrivain algérien.

les chroniqueurs étrangers
Joelle Meskens nous parlera du pouvoir d’achat ;
Akram Belkaid s’interroge sur la valeur d’une constitution et du vote populaire dans plusieurs pays.
Joëlle Meskens consacre sa chronique à la façon dont la pub récupère les politiques.

Programmation musicale
        > PAUL ANKA : Mr Brightside
        > MC SOLAAR : Caroline
        > PONEY EXPRESS : Les petits matins
        > RADIOHEAD : jigsaw falling into place
        > BUENA VISTA SOCIAL CLUB : ChanChan
Lien
Footsbarn Theatre

éclectik : Michel Gondry – chroniqueurs africains

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 7 avril 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20070407-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Il y a des films qui restent pour toute la vie. Même si leur titre est totalement imprononçable. Prenez “Eternal Sunshine of the spotless mind” de Michel gondry.
C’est l’histoire d’un garçon qui tombe amoureux d’une fille et ils s’aiment. Dingue. Et puis un jour ce qu’ils aimaient chez l’autre finit par les agacer, jusqu’à l’insupportable. re-dingue.
Et puis un autre jour, pour se quitter, ils vont voir un docteur un peu spécial qui a le pouvoir d’effacer tous leurs souvenirs communs. Et là c’est beau et incroyable. Gondry a fait un film sur ce qui fait le plus souffrir dans une histoire d’amour finie, la mémoire.
Dans son dernier film “La Science des rêves”, il montre comment on peut s’inventer une idylle, en rêvant…
La Science des rêves, avec Charlotte Gainsbourg et Gael Garcia Bernal vient d’être édité en dvd et l’objet est très réussi.
la première heure Eclectik, c’est une conversation avec Michel Gondry

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Pour son journal de bord hebdomadaire, Thomas Chauvineau s’est adonné à un truc totalement insensé, voire incroyable. Il a fait du sport!
l’association “Entorse” est née de la volonté de décloisonner le monde de l’art et celui du sport.

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
Pendant longtemps, on a cherché où était le modèle social français. Et ben depuis une semaine, on sait où il se trouve : il est à la cantine. Ca vous surprend ? Vous pensiez que le modèle social français était sur le Canal Saint Martin, avec les enfants de Don Quichotte ? Et ben non, en fait, il est à la cantine, là ou mangent certains enfants.

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
Les journalistes africains vous font découvrir la Star Académy version moyen orientale, le coaching version béninoise et une Pièce Africaine…

Programmation musicale
        > Dario Moreno : Istanbul (Phonogram)
        > Björk : Bachelorette (One little indian)
        > Air : Once upon a time (Virgin)
        > Hardy et Souchon : Soleil (Virgin)
        > Beatles : Penny Lane (Apple)
        > Little Rabbits : La mer (Barclay)
        > Rachid Taha : Agatha (Barclay)
        > Paolo Nutini : Jenny don’t be hasty (Atlantic)
Liens
Le site du film La science des rêves

des infos sur le spectacle Pièce Africaine

éclectik : Bouraouïa Marzouk et Hafsia Herzi

ECLEC.jpg
© Photo Pierre Maurer

Émission diffusée sur France Inter le samedi 8 décembre 2007

Écouter l’archive audio de cette émission :
[audio:http://silva-rerum.org/MULTIARCHIVES/AUDIO/ECLEC2007/20071208-ECLEC.mp3]

Producteur / Productrice : Rebecca Manzoni ; réalisation : Lilian Alleaume ; attaché(e)(s) de production : Joëlle Levert et Fanny Leroy ; avec la collaboration de l’e-doc. Reporters: Thomas Chauvineau et Antoine Ly ; programmation musicale : Jean-Michel Montu.

Chroniqueurs étrangers : l’Afrique avec Zyad Limam d’Afrique Magazine, Eyoum N’Guangue de Planète Jeunes et Francis Laloupo de Continental Magazine ; l’Amérique avec Luisa Corradini de la Naçion d’Argentine, Eduardo Olivares du portail francochilenos.com, David Page de la rédaction anglosaxonne d’RFI et Michel Dolbec ; l’Europe avec Joëlle Meskens du Soir de Bruxelles, elle est accompagnée par Johannes Wetzel et Edita Urmonaite.

Fiche de l’émission extraite du site de France Inter :

Dans La Graine et le Mulet, le dernier film d’Abdellatif Kéchiche en salle mercredi 12 décembre, Bouraouïa Marzouk et Hafsia Herzi sont bouleversantes de justesse.
Après avoir évoqué la dureté de l’immigration dans “La faute à Voltaire” (2000) puis les quartiers populaires des banlieues avec “L’Esquive” (récompensé de quatre César en 2004), le franco-tunisien Abdellatif Kechiche aborde la crise de l’emploi dans ce superbe troisième film. “La Graine et le Mulet”, chaleureux portrait d’une famille franco-tunisienne, a été acclamé au dernier Festival de Venise où il a raflé le Prix spécial du Jury et celui de la meilleure révélation, décerné à la jeune Hafsia Herzi.Les deux comédiennes s’entretiennent avec Laurence Garcia cette semaine dans Eclectik

Le journal de bord de Thomas Chauvineau
Le journal de bord c’est un reportage de Martine Abat cette semaine dans les dédales du Palais de Justice de Paris avec Hannelore Cayre, avocate pénaliste et écrivain. Elle a publié chez Métailié, “Commis d’office”, “Toile de maître” et le dernier “Ground XO”, trois polars drôlatiques.

La revue de presse du pire de Guillaume Erner
L’Iran n’a pas la bombe, dommage… Mais l’Irlande?

Blog
Retrouvez la plume de Guillaume Erner sur son blog

Les chroniqueurs étrangers
avec David Page et Christian Rioux

Programmation musicale
        > Baz Baz : Les échecs
        > Kate Bush : Army dreamer
        > Pauline Croze : jour de foule
        > Daniel Darc : j’irai au paradis
        > Harry Bellafonte : Day-o
        > Norah Jones : Sinkin’soon