Le cauchemar continu (e)

Souvenir du Cameroun…

C’était mon « nounours ». Il adorait me faire rigoler et me faire des chatouilles… On allait parfois passer le dimanche chez lui…

Un bon copain à mes parents. Je l’avais choisi être mon parrain, et celle qui me faisait des tartes tatins pour dessert (la femme du DG de la BICIC, pour être ma marraine « en or » (elle aimait bien les bijoux). À sept ans, j’ai voulu être baptisé, à Mvolié, par le père Veseval…

27 ans plus tard, je suis là à ressasser mes malaises, mes cauchemars, mon dégoût, le goût amer que me laissent une enfance et une adolescence privilégiées au milieu de la misère dont mes proches étaient les instruments. Je suis avide de lumière et je ne veux plus qu’une chose que le cauchemar africain s’arrête…

Depuis l’adolescence cette horreur me tourmente.

Je lis dans les dossiers noirs n° 14, « Le silence de la forêt, réseaux, mafias et filières bois au Cameroun » :

« Pris à part, Robert Coron est un vrai nounours. Forestier bourru et figure éminente de la communauté française expatriée de Yaoundé, membre influent du tout-puissant Groupement Interpatronal du Cameroun (GICAM) et parmi les critiques les plus féroces des détracteurs de l’industrie forestière.

[…] Aucune de ses propriétés n’est à plus d’une heure de conduite du port, et le salaire de base à la scierie n’excède pas 123 FCFA de l’heure.

[…] Les Français sont présents dans tous les réseaux et dans tous les rackets du pays. Mais si Rougier, Thanry, Bolloré, Pallisco et Coron sont aussi aptes que leurs connexions françaises à prendre des libertés graveleuses avec la loi, leur énorme machine de relations publiques — le gouvernement français — réussit généralement à garder les yeux braqués sur les énormités des Malaysiens, des Libanais ou des rusés Anglo-Saxons. »

C’est à hurler comme on peut être innocent au milieu de rapaces

Du vote utile etc…

Lu sur le Web :

« Que vive le 29 mai 2005 ! »

Bigre, de la part de quelqu’un qui appelle implicitement à voter utile…

Le « peuple » de gauche qui a dit non le 29 mai attend encore des excuses, des remords, une certaine forme de contrition ou d’amendement de la part de ceux qui, comme Ségolène Royal, continuent de croire ou de dire que ceux qui ont voté non sont antieuropéens, contre le progrès, n’ont rien compris etc.

Nous sommes, pour la plupart, des pros européens et bien au-delà, mais pour une autre Europe, un autre monde…

Autour des collectifs, ceux du 29 mai puis autour des « antilibéraux », gravite un nombre très important de personnes qui ne s’intéressaient pas ou plus à la politique et aux postures des candidats habituels. Sans être contre MG Buffet, O. Besancenot et les autres, il faudrait rappeler que le mouvement des antilibéraux va très largement au-delà de ces partis : si toutes ces femmes et tous ces hommes avaient dû se mettre en ordre derrière le PCF, ou la LCR, ils l’auraient fait depuis longtemps !

« L’échec » de l’union était patent avant le début des discussions : le PCF proposant son candidat à un mouvement bien plus large que lui savait parfaitement qu’il ne pouvait pas dégager un consensus… Idem pour les autres. Refuser la candidature de MG Buffet, ce n’est pas être contre elle ou le PCF, c’est vouloir prendre en compte tous les autres sans les « encarter »…

Halte à la culpabilisation systématique, c’est une logique de PEUR, et c’est une mauvaise conseillère.

Le vote « utile » est inutile :

Il y a un troisième tour, les législatives, et nous demander de voter utile, c’est refuser d’entendre nos valeurs (voir ci-dessus) et c’est démobiliser pour les législatives. En l’état actuel des choses, le président ne peut rien sans le parlement. Ce dernier doit représenter toutes les composantes des valeurs politiques, pas seulement le mépris du PS pour les autres forces de gauches et les alternatifs.

Pour ceux qui n’arrivent décidément pas à comprendre à quel point pourquoi c’est la candidature de José Bové qui permet de porter un mouvement qui va bien au-delà des traditionnels partis d’extrême gauche, allez voir cette Interview de José lors de son contre-salon

wpid-2007_bove-2007-03-27-10-28.jpg

Après, on discute…

Passage de relais françafricain…

Comme vous ne verrez aucune de ces images sur les médias français, je me permets de vous les montrer …

Le nouveau « vieux* » de notre pré carré françafricain, c’est le « doyen » Omar Bongo.

wpid-20070323_bongo_villepin_2-2007-03-24-00-111.jpg

Il faut dire que c’est un vrai « ami », Omar :

« Quant à dire que les liens que la France a tissés avec le pays, il faut y mettre fin, parce qu’on pense que c’est la bonne manière de faire plaisir au Gabon, je dis non. »

Bref, entre la déclaration de J. Chirac de ne pas y aller, et avant de donner son « soutien » à N. Sarkozy, il fallait s’assurer que le prétendant au trône, et son empêcheur de ségoléniser en rond, F. Bayrou, aient tous deux accepté le passage de témoin comme il se doit (et vu l’agitation grandissante dans le pré carré à l’approche des élections, c’est indispensable).

Après avoir dit de N. Sarkozy qu’il « n’y comprenait rien » (à propos des relations avec l’Afrique), Omar Bongo a donc « reçu en audience » en début de semaine les deux prétendants de droite

wpid-20070323_bongo_sarkozy-2007-03-24-00-111.jpg

wpid-20070323_sarkozy_CFA-2007-03-24-00-111.jpg

N. Sarkozy : « J’ai écouté les conseils du président Bongo qui a une grande expérience diplomatique, je lui ai expliqué comment se passait la campagne, j’ai recueilli ses sentiments d’amitiés qui sont pour moi très importants, je l’ai assuré également de mon intérêt pour l’Afrique, de mon amitié pour l’Afrique et de ma fidélité pour l’Afrique » (N.D.L.R. : M. Sarkozy s’adresse à un journaliste africain, c’est important pour comprendre la subtilité).

Puis ensuite, M. Bayrou, dont il est bon de rappeler sa « position » sur le sujet :

« (…) les réseaux, les yeux fermés, la Françafrique, ça ne correspond pas à notre idée du développement démocratique de la France. »

Ah bon ?

wpid-20070323_bongo_bayrou_2-2007-03-24-00-111.jpg

[Ah, mais on avait pas dit qu’il y aurait la TV — Bah, c’est juste pour chez nous]

Puis, une fois terminé, ce fut au tour de Villepin, pour conclure, en somme…

wpid-20070323_bongo_villepin_vra-2007-03-24-00-111.jpg

[Ah Omar, elle est superbe celle-là, et puis c’est une vrai – Oui, c’est un cadeau de Chirac]

Bref, savourons ensemble la conclusion de ce dernier :

wpid-20070323_villepin_CFA-2007-03-24-00-111.jpg

D. de Villepin : « D’abord l’entrevue c’est le plaisir de revoir le président Bongo, vous connaissez les liens très profonds d’amitié entre le président Chirac et le président Bongo, les liens avec la France, qui sont des liens très anciens et c’est l’occasion de faire un point sur les grands dossiers africains et aussi entre la France et le Gabon ; et puis les grandes situations de crise, la sagesse du président Bongo est toujours importante pour la diplomatie française et, aujourd’hui, dans la situation du Darfour, dans la situation plutôt favorable de la Côte d’Ivoire, nous avons beaucoup de dossiers qui sont sur la table. »

« Puis, en ce qui concerne l’avenir, en tout état de cause (N.D.L.R. bis : M. Villepin s’adresse à un journaliste africain, c’est important pour comprendre la subtilité) c’est une profonde fidélité à l’Afrique, une profonde fidélité à mon engagement vis-à-vis de ce continent, je suis né en Afrique (N.D.L.R. : moi aussi, je peux aller parler de tout cela avec Bongo ?), donc c’est défendre la paix, défendre la justice, quoi qu’il arrive et en toutes circonstances. »

Ça me rappelle les propos de Jacques Chirac, à propos de Mobutu, c’est fou comme l’histoire est un perpétuel recommencement…

Après avoir lu : « Pas question de laisser Sarkozy faire copain-copain avec Omar Bongo, qui connaît la plupart des secrets de la Ve République en général et de la Chiraquie en particulier » nous voilà donc rassurés, la françafrique va pouvoir continuer son petit bonhomme de chemin pour le plus grand bonheur des Africains, bien sûr…

P. S. Et bien alors Ségolène, vous avez des soucis avec Jean-Christophe ?

* Le « Vieux » étant le petit nom de feu Felix Houphouët-Boigny

Images extraites du journal TV gabonais via africatv.info.

Les éléments entre [ ] sont des interprétations personnelles.

Alter…

Hier il y avait une réunion publique « Osez Bové » à Pont d’Ucel (Ardèche).

Ce fut un gros succès et il faut remercier les organisateurs qui ont fait un super boulot de préparation.

Au menu : Les Zapatristes, des interventions locales (avec intermèdes musicaux de Pierre Gaudé) de Pierre-Yves Maret, paysan, Nadia Kurys, à propos des droits des étrangers, Pascal Waldschmidt, à propos des services publics et Jean-Louis Chopy d’ATTAC…

La soirée s’est conclue avec des interventions des porte-paroles nationaux : Jean-Jacques Boislaroussie (Les Alternatifs), de Monique Dental (militante féministe, Ruptures) et de Raoul-Marc Jennar, altermondialiste (URFIG)

wpid-flyer-2007-03-21-15-35.jpg

J’ai distribué des petits « Flyers » (je n’avais pas assez d’exemplaires de CQFD, du Plan B, de La Décroissance et de L’âge de faire) et puis surtout, des livrets des Renseignements Généreux, notamment sur la « Françafrique » et ils sont partis comme des petits pains :D

And the winner is…

Quand elle était passée sur eclectik, j’avais écrit une note à propos de Diam’s que je comptais mettre en ligne sous le titre : « à quand la maturité ? ». Je ne l’avais pas mise en ligne, après tout…

Tout avait commencé avec le bootleg de DJ Zebra qui mixait « La boulette » avec un titre de U2. J’avais entendu le bootleg sur Inter. Du coup, n’ayant pas suivi l’actualité, j’avais été gratter sur le net pour écouter le dernier album de Diam’s, je trouvais les paroles de « La boulette » plutôt marrantes, sauf quand même ce truc : « C’est pas l’école qui nous a dicté nos codes ».

wpid-diams_1-2007-03-10-21-03.jpg

Un truc qui a un fort arrière-goût de poujadisme quand même !

Ben oui, ça reste quand même dans la même veine des « populos » qui disent : « moi l’école ne m’a rien appris », « j’étais pas à ma place », « ça sert à rien », « c’est pas pour moi », etc.

Les mêmes que l’on entend ensuite critiquer les « grattes papiers », les profs, les « intellos » et tous ces « privilégiés » qui ont comme principal tord de s’être fait traiter de « lèches » à l’école parce qu’ils étaient justement différents, et qui ont ensuite passé les concours, parce qu’eux, ben oui, ils avaient bossé…

Les mêmes qui une fois confrontés aux impasses auxquelles les ont menées leur paresse et les clans des cours d’école, vomissent sur les « fonctionnaires », et qui sont de bons clients pour les rouges qui virent au brun… Je tiens à insister ici sur la différence entre l’inégalité des chances qui est un des maux qui caractérisent le plus notre belle France, et le clientélisme dont usent certains bobos pour dédouaner des branleurs qui ont comme principale qualité la tchatche, l’embrouille.

Après, je suis allé sur son site, voir les clips…

Si on veut bien reprendre le fil de « La boulette », mais on pourrait le faire aussi avec « Ma France à moi », on y entend de manière parfois sympa, en gros l’inégalité des chances, les castes, la débrouille pour les uns face à la réussite des élites, l’envie de ne pas se prendre la tête, la désillusion sur le système, l’envie de se prendre en main et de se bouger pour y arriver, la dénonciation de la françafrique. Un bon mix sincère sans doute, mais bien tendance

En gros la dénonciation du système, un peu comme « nous » sommes des milliers (des millions ?) à le faire quotidiennement, dans l’action, dans les revendications, etc.

Le rêve américain.

wpid-diams_2-2007-03-10-21-03.jpg

Mais Diam’s, laisse quand même un drôle d’arrière-goût, comme l’hypocrisie des rappeurs US qui dénoncent le système en se couvrant de bijoux pour revendiquer la réussite sociale en mettant des bimbos à l’arrière d’une décapotable remplie de dollars, et en faisant des boum boum comme signe de ponctuation à leurs cinquante mots de vocabulaire.

En gros « fait tourner, c’est mon tour ». Tu parles d’une dénonciation du système, tu parles d’une réussite…

En, attendant, elle ramasse la monnaie, mais ne fait-elle pas plus de mal à ceux dont ont lui prête une certaine représentativité ? N’est-ce pas là la caricature du rêve américaintout le monde peut y arriver. Si elle est en haut de l’échelle, c’est peut-être parce qu’elle cautionne le système.

Sa réussite ne répondrait qu’à un seul objectif, laisser les millions qui vont rester dans la merde accepter l’illusion d’arriver eux aussi un jour à baigner dans les « sunlights », les paillettes et les applaudissements des plateaux télés avec des « blazes » qui flashent de tous les côtés…

wpid-diams_3-2007-03-10-21-03.jpg

Alors, après les fiches pédagogiques (!) Diam’s, à quand la maturité ?

An Unreasonable Man – at last…

wpid-unreasonable_1-2007-03-7-02-23.jpg

“The reasonable man adapts himself to the world – the unreasonable one persists in trying to adapt the world to himself. Therefore all progress depends on the unreasonable man.”

George Bernard Shaw, Man and Superman (1903) (From Nader’s blog)

RCI ya – plus – drap ?

Ça paraissait bizarre alors que depuis plusieurs années, c’est un silence assourdissant sur la Côte d’Ivoire, sur les rapatriés français que l’on ignore comme une maladie honteuse, sur la désinformation constante à laquelle se livrent les différentes parties en présence (une caractéristique majeure de la françafrique) on voit ces dernières semaines, plusieurs documents sur le sujet de la Côte d’Ivoire (Pièces à conviction sur France 3, La bataille d’Abidjan sur Arte…) diffusés à des heures de grandes écoutes sur des chaînes nationales… Des émissions qui montrent beaucoup de choses, mais qui finalement ne révèlent pas grand-chose sur les dessous des cartes.

wpid-20070302_bima_1-2007-03-6-10-16.jpg

Alors que la « crise Ivoirienne » s’enlise depuis maintenant plus de 4 ans, on voit à quelques jours des élections présidentielles en France apparaître un dénouement pour le moins surprenant : un accord entre les deux parties en présence, portant sur les élections (élections maintes fois repoussées par Laurent Gbagbo) et une entente jusqu’à des élections dans une dizaine de mois !

Outre la présence française et le rôle de la Côte d’Ivoire dans le pré carré africain de la France, il serait important que les Français aient été et soient encore aujourd’hui mieux informés de ce qu’il s’y passe, des enjeux et des implications de la France et des voisins de la Côte d’Ivoire dans cette crise et de la position délicate dans laquelle la France s’est mise là-bas…

Chirac et le gouvernement de Dominique de Villepin, qui s’apprêtent à quitter la place et qui auront sans doute des choses à redouter du nouveau locataire de l’Élysée, essayent-ils de se débarrasser vite fait mal fait d’un cadavre françafricain qui reste dans leur placard ?

Comme on peut le lire dans l’excellent dossier « Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors » de Politique Africaine (N° 89 mars 2003), chapitre La politique de l’engagement de la France

« Au Figaro, Toussaint Alain* a déclaré le 8 février 2002 : « Villepin devrait se méfier. Les dessous des relations franco-ivoiriennes, notamment à l’époque où il était secrétaire général de l’Élysée, ne sont pas toujours très reluisants. Nous sommes un peu étonnés qu’après toutes les largesses dont la Côte d’Ivoire à fait preuve à l’égard de l’Élysée, Monsieur de Villepin se comporte ainsi. Nous aussi, nous avons des dossiers. »

* Conseiller en communication à Paris de Laurent Gbagbo.

Comme le précise l’association Survie, que l’on ne peut pas qualifier de pro interventionniste quand il s’agit d’envoyer des troupes françaises en Afrique, l’absence d’intervention de la France dans ce cas précis aurait peut-être mené à des événements du même type que ce que l’on a vu au Rwanda.

Toujours dans Politique Africaine (N°97 mars 2005) « Côte d’Ivoire : le canari d’eau de Jacques Chirac » par Yacouba Konaté :

« Pour transformer une situation apparemment ouverte en un problème insoluble, les acteurs politiques ont disqualifié les instances d’arbitrage, épuisé les médiateurs, renié leurs engagements et renégocié les accords passés. Tout en proclamant l’unité et leur attachement à la Côte d’Ivoire, ils n’ont accepté que des compromis ambigus. Ils ont créé des milices, ruiné l’économie et érodé l’autorité de l’État, en attendant les sanctions onusiennes. Au final, la situation sociopolitique est gelée. Actionnés par les mouvements patriotiques, les blocages économiques et sociaux trouvent leurs relèves militaires dans les milices d’autochtones. »

wpid-20070302_bima_2-2007-03-6-10-16.jpg

On peut effectivement, a priori se réjouir des propos de Laurent Gbagbo, qui mettent en avant une « solution africaine » sans interventions autres qu’africaines, et qui va jusqu’à parler d’amitié avec le Burkina Fasso, de communauté de destin.

Mais on peut aussi craindre, si aujourd’hui la force d’interposition Française se retire aussi rapidement, et compte tenu du fait que chacune des deux parties en présence n’avait jusqu’à présent souhaité qu’une seule chose, c’était d’avoir les coudées franches pour en finir avec l’adversaire, chacune persuadée qu’elle l’emporterait rapidement sur l’autre, c’est que ces manoeuvres ne visent qu’à se débarrasser d’un empêcheur de régler les comptes en rond pris dans une position de ni Gbagbo, ni rebelles (sans n’avoir jamais été cohérent pour soutenir l’un ou l’autre, ou n’avoir jamais réussi à imposer une nouvelle équipe par un coup).

À moins que l’entente vise à se débarrasser tout simplement d’un allié volage dont les coups on fait long feu, le risque de se désengager trop vite n’est-il pas le risque de se diriger vers un bain de sang si les deux parties veulent finir le travail

images extraites du document « Pièces à conviction – Côte d’Ivoire : roquettes sur nos soldats » diffusé sur France 3 le 2 mars 2007.

Être une heure, une heure seulement…

Question à Arlette Laguiller :

Vanessa Pottier (sans emploi, célibataire sans enfant) :

wpid-20070226_question_1-2007-03-5-22-05.jpg

« Je voudrais savoir quand est-ce que vous prendrez conscience que les idées que vous défendez, euh, euh, elles ont été appliquées dans certains pays, et elles ont conduit, à chaque fois à la misère et à la dictature. Prenons par exemple les… La Corée du Nord et Cuba où euh ce n’est le, où c’est le euh, où c’est toujours d’actualité, est-ce que c’est l’avenir que vous réservez au Français ? »

Je ne sais pas vous, mais à part le fait qu’ils le revendiquent dans leurs noms, je n’ai pas l’impression que ces régimes n’ont jamais été communistes (au sens propre du terme). Quant à dire qu’elle veut instaurer un régime communiste en France, je pense qu’elle est plus modeste que ça et apprécierait déjà que son combat serve à défendre les travailleurs…

Je ne vote pas pour Arlette Laguiller, mais ce n’est pas parce qu’elle est ridée, qu’elle a le mérite de ne pas avoir fait une seule concession à son combat (ben oui, les mêmes causes produisent les mêmes effets), et que c’est sa dernière présidentielle qu’elle n’a pas déjà réfléchi à ce genre de problème…

Mais bon, c’est vrai que l’histoire, la politique, la philosophie — et toutes ces petites choses sans importances — ça demande de faire travailler le truc qu’il y a entre les deux oreilles.

Mais comme ça ne sert à rien pour passer à la télévision…

wpid-20070226_question_2-2007-03-5-22-05.jpg

« Être une heure, une heure seulement, être une heure, une heure, quelques fois ; être une heure, une heure, beau, beau… »

Images extraites de l’émission « J’ai une question à vous poser » du 26 février 2007 sur TF1

P.S. : Je boycottais TF1 depuis les présidentielles de 2002, même pour me documenter. C’était la première fois depuis que je n’avais pas regardé cette chaîne, je vais de nouveau « sortir les poubelles » …

Bousiculture…

Oui je sais, c’est finalement assez facile de taper sur Chirac.

Le discours sur la maison qui brûle était assez savoureux dans le genre « faites ce que je dis pas ce que je fais », ou encore son amour immodéré revendiqué pour les arts premiers et l’Afrique alors que les réseaux de la chiraquie n’ont rien à envier à ceux de Foccart… Ou l’autre, que l’on a un peu vite oublié et qui concernait son « plan cancer »…

J’allais donc écrire que ce qui est fatigant n’est pas tant ce que lui dit (finalement si, voir ci-dessus) que le discours attendri de la presse sur la « chose » de Chirac : l’agriculture.

wpid-20070303_salonagri_0-2007-03-5-11-16.jpg

Oui, en ces temps de passation de pouvoir, lire, voir et entendre une telle absence de critique sur le bilan de Chirac, un tel respect de « l’amour » de Chirac pour le monde agricole est de taille à vous donner envie de définitivement exclure toute réconciliation avec les médias.

Et d’entendre les dirigeants de la FNSEA dire qu’avec le départ de Chirac, le monde agricole perd l’un de ses plus fervents supporters me fait friser l’apoplexie.

À la limite, admettons que… La françafrique soit loin ou du passé, les affaires de la mairie de paris une sorte de mauvais procès, le plan cancer une erreur d’évaluation, l’absence de préoccupations avant son discours pour l’écologie une timidité face à un monde pas assez mûr pour entendre, le discours sur la fracture sociale une anticipation des vrais enjeux. Ça en fait des occasions ratées de mettre en application un discours non ?

Mais admettons donc…

Mais s’il y a bien un bilan que les agriculteurs devraient faire payer à Chirac à coup de fourche dans les fesses, c’est bien celui de la situation des agriculteurs en France ! D’ailleurs, les agriculteurs devraient •••• Chirac, et la FNSEA avec…

wpid-20070303_salonagri_3-2007-03-5-11-16.jpg

Quel bilan !

Un monde agricole surendetté (merci la banque des agriculteurs), pris dans une fuite en avant d’hyperproductivité polluante, pressuré par le monde de la grande distribution, réduit à vivre sous les perfusions de la PAC et des diverses aides pour telle ou telle calamité…

Ils ne sont pas fiers les agriculteurs, c’est même eux qui le disent !

On ne peut pas dire que la politique agricole de Chirac et les positions jusqu’aux boutistes soutenues par la FNSEA aient permis aux agriculteurs de retrouver un équilibre pour simplement vivre de leur production, d’avoir la fierté de nourrir les Français avec des choses saines et d’entretenir l’environnement pour les générations futures…

Le monde agricole est exsangue, surendetté ; il détruit durablement l’environnement et les humains à coups de pesticides, il est malade du cancer, en train de disparaître à cause des gros exploitants qui accaparent les terres à coups de subventions…

En bref, c’est l’agonie dans le monde agricole, la maison brûle mais Chirac aime tapoter les vaches et on ne tarit pas d’éloges sur son lever de coude

wpid-20070303_salonagri_2-2007-03-5-11-16.jpg

Et de fait, je reste sans voix en voyant tous ces agriculteurs saluer Chirac comme quelqu’un qui les aime et qui se soucie d’eux !

Voir des agriculteurs voter pour la FNSEA, pour Chirac et ses successeurs, me fait penser à la remarque de Coluche : « c’est comme voir un crocodile rentrer dans une maroquinerie… ».

Qu’ont fait tous ces gens pour eux ? Ils leur ont tout simplement écrasé la tête dans la bouse. Comme le vote Le Pen, l’augmentation du vote pour la Coordination Rurale devrait pourtant faire réfléchir…

Et ils en redemandent :

wpid-20070303_salonagri_4-2007-03-5-11-16.jpg

Les images sont extraites du journal de LCI 03/03/2007 à 21h00